Logo
Accueil > Reviews > Atlantique

Atlantique

  • Atlantique
    Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers du chantier d’une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l’amant d’Ada, promise à un autre. Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu…

Critique de Mulder

  • « Atlantique (2019) est un prolongement de mon premier court métrage tourné à Dakar, Atlantiques (2009). Dans ce court métrage, je filme Serigne, un jeune homme qui raconte à ses amis sa traversée en mer. C’est l’époque « Barcelone ou la Mort » où des milliers de jeunes quittent les côtes sénégalaises pour un avenir meilleur en tentant de rejoindre l’Espagne. Beaucoup ont péri en mer. En 2012, quelques mois après le printemps arabe, des émeutes secouent Dakar, un soulèvement citoyen advient au Sénégal, propulsé par le mouvement « Y’en a marre ». La plupart des jeunes sénégalais veulent en finir avec Abdoulaye Wade et imposent sa démission. Ce réveil citoyen m’a marquée car symboliquement il nous rappelait que la jeunesse sénégalaise n’avait pas entièrement disparue. « Y’en a marre » tournait la page sombre de « Barcelone ou la Mort ». Pour moi, quelque part, il n’y avait pas les morts en mer d’un côté et les jeunes en marche de l’autre. Les vivants portaient en eux les disparus, qui en partant avaient emporté quelque chose de nous avec eux. Il s’agissait d’une seule et même histoire collective. C’est ce que j’ai voulu exprimer dans Atlantique. » - Mati Diop

    Auréolé du Grand Prix au festival de Cannes, le premier long métrage de Mati Diop après avoir réalisé plusieurs courts et moyen métrages mérite amplement le détour ne serait-ce par son approche du fantastique, son regard sur l’Afrique et sa culture et ses traditions mais aussi pour aborder avec intelligence des thèmes qui lui tiennent à cœur comme le drame de l’immigration clandestine, le rapport entre les morts et les vivants, la religion et l’amour véritable. Il fallait en effet une sacrée audace pour aborder le sujet des nombreux immigrants morts en mer et le sort de leurs femmes qui restent en vie et doivent faire non seulement leur deuil mais aussi se reconstruire.

    Le mélange ici entre le film social et fantastique dans lequel l’esprit des hommes morts en pleine mer suite à un accident grave et qui prennent possession la nuit du corps de leur femmes pour revendiquer leurs causes donne au film une aura toute particulière. Il en ressort un film non seulement sur la hantise mais aussi montrant en quelque sorte que c’est à travers les vivants que les fantômes prennent vie en nous. Une nouvelle fois, le film aborde la thématique des âmes tourmentés qui reviennent réclamées leurs dus.

    Le film réussi ainsi à donner à l’Afrique une visage tout particulier. Dans cette banlieue de Dakar dans laquelle les conditions de vie deviennent de plus en plus difficiles, la plupart des habitants préfèrent tenter de gagner leur vie loin de la pauvreté es symptomatique de notre société actuelle. Tourné avec peu de moyens mais avec grand soin autant au niveau de l’utilisation de la musique, que de la direction des comédiens, de la photographie et d’une mise en scène inspirée, Atlantique mérite amplement d’être découvert. On attend avec impatience de découvrir le prochain film de Mati Diop tant celui-ci est prometteur.

    Atlantique
    Un film de Mati Diop
    Sur un scénario de Mati Diop et Olivier Demangel
    Avec Mame Bineta Sané, Amadou Mbow, Ibrahima Traoré, Nicole Sougou, Aminata Kané, Mariama Gassama, Coumba Dieng, Abdou Balde, Ibrahima Mbaye, Diankou Sembene, Babacar Sylla
    Directrice de la photographie : Claire Mathon
    Montage : Aël Dallier-Vega
    Son : Benoît De Clerck
    Décors : Toma Baquéni et Oumar Sall
    Costumes : Rachèle Raoult et Salimata Ndiaye
    Musique : Fatima Al Qadiri
    Sociétés de production : Les Films du bal, Cinekap, Frakas Productions
    Distribution : Ad Vitam
    Durée : 105 minutes
    Dates de sortie : 16 mai 2019 (Festival de Cannes), 2 octobre 2019 (France)

    Vu le 26 2019 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1, en VO

  • 4