Logo
Accueil > Reviews > La mule

La mule

  • La mule
    À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un "supérieur" chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser à lui : l'agent de la DEA Colin Bates est plus qu'intrigué par cette nouvelle "mule". Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre...

Critique de Mulder

  • La mule s’impose comme l’un des meilleurs films de son réalisateur Clint Eastwood. S’inspirant librement d’un article de Sam Dolnick publié dans The New York Times Magazine sous le titre The Sinaloa Cartel's 90-Year-Old Drug Mule, il dresse le portrait d’un homme broyé par le système qui n’a que d’autres solutions que de devenir une mule (un transporteur de drogues pour le compte d’un Cartel). Derrière ce portrait d’un homme droit amené à faire un travail guère recommandable, le réalisateur dresse le portrait d’une Amérique meurtrie par ses nombreuses injustices et dans laquelle de nombreux retraités sont obligés de continuer à travailler ne serait-ce pour se payer à manger et vivre dignement.

    Après avoir obtenu cinq Golden Globes, quatre Oscars, trois Césars et la Palme d'honneur au Festival de Cannes en 2009, Clint Eastwood s’est imposé non seulement comme un grand comédien mais aussi un réalisateur virtuose et capable de passer d’un western, une comédie, un drame, un thriller avec la même aisance et un soin particulier non seulement au scénario mais aussi au choix du casting et à l’équipe du film.

    Ce grand soin se ressent ici de nouveau avec ce film simple, efficace et nostalgique. Il aura fallu ainsi sept ans pour retrouver à l’écran ce comédien après Une nouvelle chance (2012). En interprétant le rôle principal de son propre film, Clint Eastwood renforce cette nostalgie de l’âge d’or hollywoodien dans laquelle de nombreux grands films étaient déjà construits pour donner vie à de grandes histoires sans recourir volontairement à un star système déplorable ou à des effets spéciaux aussi outranciers que ridicules.

    Alors que son précédent film Le 15h17 pour Paris nous avait laissé de marbre et assez déçu, La mule montre qu’à quatre-vingt-huit ans passés, Clint Eastwood n’a rien perdu de son aura et qu’il est encore capable de nous assommer un uppercut en plein cœur et nous montrer que le véritable cinéma repose souvent sur des histoires simples mais contées avec talent et surtout jouées par des comédiens investis comme le sont ici notamment Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Michael Peña, Dianne Wiest, Andy García, Clifton Collins Jr et Alison Eastwood.

    La mule est on ne l’espère pas le dernier film d’un réalisateur et d’un comédien dont la carrière est parsemée de chef d’œuvres inoubliables. Non seulement Clint Eastwood est un monument de la culture cinématographique que tout le monde doit connaitre mais aussi un artiste complet qui restera pour nous l’un des plus grands que l’industrie hollywoodienne a pu nous faire connaitre…

    La Mule (The Mule)
    Un film de Clint Eastwood
    Sur un scénario de Nick Schenk, basé sur un article de Sam Dolnick dans The New York Times Magazine intitulé The Sinaloa Cartel's 90-Year-Old Drug Mule
    Avec Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Michael Peña, Dianne Wiest, Andy García, Clifton Collins Jr, Alison Eastwood, Ignacio Serricchio, Taissa Farmiga, Noel Gugliemi
    Direction artistique : Julien Pougnier
    Décors : Ronald R. Reiss
    Costumes : Matthew Jerome
    Photographie : Yves Bélanger
    Montage : Joel Cox
    Musique : Arturo Sandoval
    Production : Clint Eastwood, Dan Friedkin, Bradley Thomas, Tim Moore, Kristina Rivera et Jessica Meier
    Sociétés de production : Malpaso Productions, Warner Bros. Pictures et Imperative Entertainment (coproduction)
    Sociétés de distribution : Warner Bros. Pictures (États-Unis, France)
    Genre : drame biographique
    Durée : 116 minutes
    Dates de sortie : 14 décembre 2018 (Etats-Unis), 23 janvier 2019 (Etats-Unis)

    Vu le 26 février 2019 au Gaumont Disney Village, Salle 15 place A19

  • 5