Logo
Accueil > Reviews > Tanguy, le retour

Tanguy, le retour

  • Tanguy, le retour
    16 ans plus tard, Tanguy, qui a maintenant 44 ans, revient chez ses parents avec sa fille Zhu sous le bras car Meï Lin l’a quitté. Catastrophés de voir leur "tout-petit" dans cet état, Paul et Édith font tout pour lui redonner goût à la vie, sans réaliser que ce faisant, ils tressent la corde pour se pendre. Car Tanguy recommence à se sentir bien chez ses parents…

Critique de Mulder

  • Co-écrit par son réalisateur et Laurent Chouchan, Tanguy s’était imposé lors de sa sortie en 2001 sur une comédie jubilatoire réussie et frappant juste sur cette génération de trentenaires ayant du mal à quitter le moelleux confort du domicile parental. Suite à ce film le terme Tanguy fut même utilisé pour décrire un jeune adulte préférant vivre chez ses parents que voler de ses propres ailes et construire sa vie comme sa carrière de manière indépendante. La réussite indéniable de ce film revenait non seulement à son réalisateur Étienne Chatiliez alors en plein essor suite aux excellentes comédies que furent La vie et un long fleuve tranquille (1988), Tatie Danielle (1989), Le bonheur est dans le pré (1995) mais aussi à son trio de comédiens André Dussolier, Sabine Azéma et Eric Berger. Avec plus de 4.3 millions d’entrées en France, ce film s’imposa comme une comédie culte à voir et revoir avec le même plaisir. On comprend donc aisément la volonté d’un réalisateur sur le déclin n’arrivant pas à se renouveler après plusieurs échecs commerciaux que furent La confiance règne (2004), Agathe Cléry (2008) et L’oncle Charles de vouloir retrouver le succès d’antan et ainsi proposer une suite à ce premier film.

    Certes on retrouve de nouveau ce trio de comédiens que nous apprécions mais le scénario ne leur permet pas réellement de faire exister leurs personnages et surtout manque de cocasseries et semble répéter le même running gag raté de Paul ayant des soucis avec sa prostate. La méchanceté et les nombreuses idées de vengeance des parents de Tanguy à son égard pour s’en débarrasser manquent ici cruellement d’originalité que cela soit la présence d’un chat alors que leur fils est allergique aux poils de cet animal, voire des petites pointes de méchancetés de ceux-ci quand Tanguy et sa fille s’installent comme s’ils étaient chez eux sans réellement se rendre compte qu’ils polluent l’espace des parents. Alors qu’il aurait fallu installer un véritable cadre pour ce second film, le scénario semble réellement peiner à se renouveler et va jusqu’à proposer les mêmes scènes à plusieurs reprises (scènes du bruit de la chambre à coucher de Tanguy).

    La plupart des suites de comédies françaises à succès tente de reproduire à l’identique la recette du succès du film original mais dans le cas présent, autre temps, autre mœurs et les dix-sept ans qui séparent ces deux films auraient réellement du être pris en compte dans le traitement du scénario non seulement sur le rythme mais aussi sur les changements sociaux. On a ainsi peine à croire qu’un professeur puisse abandonner sa classe aussi vite en Chine pour aller trouver refuge chez ses parents en France. De la même manière que Tanguy accepte de pardonner aussi facilement à sa femme infidèle ou que sa fille soit aussi jeune enceinte sans situation stable alourdisse le récit et notre approbation. Certaines idées ainsi du film passent réellement mal et ne semblent donc pas prendre en compte notre société actuelle.

    Beaucoup de ceux qui ont apprécié le premier volet risquent ici de s’ennuyer, de ne pas rire malgré la présence de trois comédiens que nous apprécions mais qui doivent faire avec un scénario aculé, un manque de rythme constant et une mise en scène du niveau d’un téléfilm M6 dépouillé de toutes recherches possibles pour proposer une réalisation investie et originale. Alors qu’il y avait tant à dire sur ces retrouvailles après 17 ans le film n’est qu’un simple huis clos guère inspiré et jouant sur la nostalgie des spectateurs du premier film pour leur proposer une histoire mélangeant culture française et chinoise de manière guère convaincante. On notera certes la présence de l’humoriste Gaspard Proust pour remplacer Jean-Paul Rouve mais cela ne sauvera pas pour autant ce film décevant et qui aurait mérité d’avoir un excellent scénario à la hauteur de ce trio de comédiens talentueux et appréciés.

    Tanguy le retour
    Un film d’Étienne Chatiliez
    Sur un scénario d’Étienne Chatiliez et Laurent Chouchan
    Avec André Dussollier, Sabine Azéma, Eric Berger
    Producteur délégué : Antoine Pezet, Jérôme Corcos
    Coproduction : SND
    production déléguée : Nac Films
    Distributeur France (Sortie en salle) : SND
    Date de sortie : le 10 avril 2019

    Vu le 9 avril 2019 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1

  • 2