Logo
Accueil > Reviews > Grâce à Dieu

Grâce à Dieu

  • Grâce à Dieu
    Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui aux scouts officie toujours auprès d’enfants. Il se lance alors dans un combat, très vite rejoint par François et Emmanuel, également victimes du prêtre, pour « libérer leur parole » sur ce qu’ils ont subi. Mais les répercussions et conséquences de ces aveux ne laisseront personne indemne

Critique de Mulder

  • Le cinéma français est souvent le reflet de notre époque mais semble trop souvent s’engluer dans une forme de cinéma populaire voulait plaire à tous et choquer personne. Pourtant, il existe encore de grands films (sociaux ou non) capables d’aborder des sujets difficiles et pourtant d’actualité. Le nouveau film du scénariste et réalisateur François Ozon s’impose non seulement comme une grande œuvre cinématographique mais surtout nous rappelle que le cinéma n’est pas qu’un divertissement mais aussi un vecteur important de communication pour réveiller nos consciences et témoigner des pratiques souvent douteuses de l’Eglise Catholique.

    Pour son dix-huitième film après les excellents Dans la maison (2014), Frantz (2016), François Ozon dresse le portrait et le combat des victimes d'un prêtre pédophile du diocèse de Lyon. Ceux-ci souhaitent en effet que les crimes d’un prêtre protégé par l’Eglise catholique soient connus et que justice soit faite. De tels agissements passés sous silence par la hiérarchie catholique montre à quel point il est impardonnable dans notre société actuelle que de tels agissements perdurent.

    Parfaitement documentés et menés sans aucun temps mort, Grâce à Dieu montre une nouvelle fois le talent indéniable de l’un de nos meilleurs réalisateurs français refusant constamment de se laisser enfermés dans une case commerciale pour livrer des films ambitieux et réussis. Le réalisateur et scénariste François Ozon a su également parfaitement s’entourer et on retrouve au casting de son film Melvil Poupaud (Alexandre Guérin), Denis Ménochet (François Debord), Swann Arlaud (Emmanuel Thomassin), Josiane Balasko (Irène, la mère d'Emmanuel), Eric Caravaca (Gilles Perret), Frédéric Pierrot (Capitaine Courteau) et Hélène Vincent (Odile Debord).

    La mise en scène dépouillée de ce film flirte parfaitement avec l’approche documentaire dans laquelle tout sonne juste et est porté par un casting de comédiens réellement investis. Ce film est d’autant plus méritant qu’il a failli ne pas sortir en salles suite à un référé déposé pour reporter sa sortie en France, l’Eglise Catholique ne voyant pas d’un bon œil une telle charge contre son organisation et la présence de prêtres aux mœurs douteuses. De la même manière l’impact fut tel que pendant la semaine de sa sortie en salles en France, le pape François a organisé un sommet de plusieurs jours consacré aux abus sexuels sur mineurs dans l'Église catholique afin de faire comprendre que le message de ce film a été écouté et que de telles pratiques doivent être sanctionnées et ne plus être passées sous silence. En mettant en avant le point de vue des victimes et non celui de l’Eglise catholique, le film donne en quelque sorte la parole aux victimes et s’impose comme un grand film social et politique profondément humain.

    Grâce à Dieu
    Un film écrit et réalisé par François Ozon
    Avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, Éric Caravaca, Bernard Verley, François Marthouret, Martine Erhel, Josiane Balasko, Hélène Vincent, François Chattot
    Directeur de la photographie : Manu Dacosse
    Montage : Laure Gardette
    Costumes : Pascaline Chavanne
    Décors : Emmanuelle Duplay
    Musique : Evgueni Galperine et Sacha Galperine
    Son : Brigitte Taillandier
    Montage son : Benoît Gargonne
    Chef maquilleuse : Natali Tabareau-Vieuille
    Producteurs : Nicolas Altmayer et Éric Altmayer
    Directeur de production : Aude Cathelin
    Sociétés de production : Mandarin Cinéma, FOZ et Scope Pictures, avec la participation de France 2 Cinéma
    Distribution : Mars Distribution (France)
    Durée : 137 minutes
    Dates de sortie : 20 février 2019 (sortie nationale)

    Vu le 20 février 2019 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1 place

  • 5