Logo
Accueil > Reviews > L'incroyable aventure de Bella

L'incroyable aventure de Bella

Critique de Mulder

  • Nos animaux de compagnie ont toujours occupé une place importante au cinéma que cela soit dans des documentaires animaliers, des films d’animation mais aussi des films d’aventure. Ainsi après des films comme Benji (1987), L’incroyable voyage (1993), Marmaduke (2010), Garfield (2004) et Hatchi (2006), L’incroyable aventure de Bella (A dog’s way home) nous narre l’odyssée de Bella qui va parcourir plus de six cents quarante kilomètres pour retrouver son maitre. Le film met également en avant l’imbécilité de certaines lois américaines infondées portant sur des animaux jugés dangereux pour certains d’entre eux et aborde aussi avec une véritable sincérité le cas des blessés de guerre accueillis dans des centres médicaux pour réadaptation.

    Sur la base du roman de W. Bruce Cameron (A dog’s way home), également crédité comme co-scénariste du film, le réalisateur Charles Martin Smith (Air Bud, buddy star des paniers (1998), Stone of Destiny (2008), L’incroyable histoire de Winter le dauphin 1&2 (2011-2014)) nous livre un film familial mettant en scène de nombreux personnages mais aussi un véritable bestiaire animalier (chiens, chats, écureuils, loups et même une lionne des montages). Le voyage mouvementé de Bella s’avère ainsi réellement trépidant et s’adresse ainsi à tous les amoureux des animaux et pas uniquement à un jeune public. Le grand soin porté aussi bien à la direction des nombreux animaux mais aussi aux nombreux paysages du film lui donne une véritable aura. De la même manière, en refusant de faire parler les animaux comme dans de nombreux films mais en utilisant une voix off pour donner vie aux pensées de Bella, les scénaristes ont trouvé la juste tonalité pour nous raconter une histoire certes pas nouvelle mais suffisamment attractive pour retenir notre attention. Loin de proposer de nouveau un film mielleux et manquant de charme, L’incroyable aventure de Bella se révèle être un divertissement familial par excellence et surtout nous montrer l’importance de nos animaux de compagnie dans notre société actuelle.

    Loin d’être conçu pour être un divertissement enfantin, le film dresse le portrait de l’Amérique actuelle en filigrane et surtout porte son attention sur les soldats américains blessés au combat mais toujours fiers de leur pays. Certes le message patriotique n’est pas nouveau et est un thème récurrent du cinéma américain mais il trouve ici une nouvelle manière de s’exprimer surtout quand ces anciens soldats sont prêts à aider Bella et à la protéger contre une loi la qualifiant de Pitbull donc d’animal dangereux. Belle ne peut en effet circuler librement sous peine de se faire enlever par les forces de l’ordre. Inoffensive et adorable, cette belle chienne qui fut séparée des son enfance de sa mère et élevée dans un terrain vague par une chatte est aussi attendrissante qu’inoffensive.

    On appréciera aussi un casting réussi dans lequel on retrouvera dans le rôle principal le jeune comédien Jonah Hauer-King (Lucas) et dans les rôles secondaires Ashley Judd (La mère de Lucas), Edward James Olmos (Axel), Alexandra Shipp (Olivia), Wes Studi (Captain Mica), Chris Bauer (Kurch), Barry Watson (Gavin) et Tammy Gillis (Officer Leon). Malgré sa sortie tardive en France et ayant rencontré un beau succès aux Etats-Unis, L’incroyable aventure de Bella est un divertissement familial réussi pour les vacances de Pâques..

    L’incroyable aventure de Bella (A Dog's Way Home)
    Un film de Charles Martin Smith
    Produit par Gavin Polone
    Scénario de W. Bruce Cameron, Cathryn Michon
    Basé sur le livre A Dog's Way Home de W. Bruce Cameron
    Avec Ashley Judd, Jonah Hauer-King, Alexandra Shipp, Wes Studi
    Edward James Olmos
    Musique de Mychael Danna
    Directeur de la photographie : Peter Menzies Jr.
    Montage : Debra Neil-Fisher, David S. Clark, Sabrina Plisco
    Production : Columbia Pictures, Bona Film Group, Pariah
    Distribution : Sony Pictures Releasing
    Date de sortie : 11 janvier 2019 (Etats-Unis), 10 avril 2019 (France)
    Durée : 96 minutes

    Vu le 27 mars en VO

  • 3.5