Logo
Accueil > Reviews > At Eternity’s Gate

At Eternity’s Gate

  • At Eternity’s Gate
    Un voyage dans l’esprit et l’univers d’un homme qui, malgré le scepticisme, le ridicule et la maladie, a créé l’une des œuvres les plus incroyables et admirées au monde. Sans être une biographie officielle, le film s'inspire des lettres de Vincent van Gogh, d'événements de sa vie, de rumeurs et de moments réels ou purement imaginaires. 

Critique de Mulder

  • Vincent Willem van Gogh reste l’un des peintres et dessinateurs les plus appréciés et reconnus après sa mort alors que ses œuvres de son vivant n’ont pas connu le succès qu’elles méritaient. Véritable maitre du naturalisme, il fut inspiré par l'impressionnisme et donna naissance à plus de deux mille toiles et dessins. Il est de nos jours considéré comme l’un des plus grands artistes et génies de tous les temps et son œuvre est présente dans de nombreux musées et rencontre un véritable engouement lors de nombreuses expositions.

    De nombreux films lui ont rendu hommage que cela soit La Vie passionnée de Vincent van Gogh (1956) de Vincente Minnelli, Vincent et Théo (1990) de Robert Altman, Van Gogh (1991) de Maurice Pialat ou encore récemment La Passion Van Gogh (2017) de Dorota Kobiela et Hugh Welchman et d’autres films, série voire même de nombreuses chansons. Pourtant la vie de ce grand artiste fut difficile et il vécut dans la plus grande des pauvretés, seul son frère lui versant un solde tous les mois l’aida dans sa vie consacrée à la peinture.

    At Eternity’s gate s’impose par son excellent scénario signé par Jean-Claude Carrière, Julian Schnabel, Louise Kugelberg qui nous permet de mieux comprendre cet homme tourmenté et près de la folie dans sa manière de vivre pleinement son œuvre au point de se couper une oreille. Sans vouloir retracer toute sa vie, le film prend une certaine distance avec la réalité et tire son inspiration des nombreuses lettres qu’il a écrites, des événements qui se sont réellement déroulés et surtout revient sur les raisons de sa mort en se demandant s’il s’agissait réellement d’un suicide ou non. La théorise mise en avant ici est celle avancée en 2011 par Steven Naifeh et Gregory White Smith et semble en effet plus réaliste. Passionnant de bout en bout, ce film nous montre un artiste vivant pleinement son art, l’inspiration qu’il tire de la nature et surtout le mal qui le ronge peu à peu et l’entraine vers une certaine forme de démence.

    Par son excellent casting international dans lequel on retrouve non seulement un casting français avec Mathieu Amalric (Dr. Paul Gachet), Emmanuelle Seigner (Madame Ginoux), Anne Consigny, Niels Arestrup (Madman) et Amira Casar (Johanna van Gogh) mais aussi international Willem Dafoe (Vincent Van Gogh), Oscar Isaac (Paul Gauguin), Rupert Friend (Mads Mikkelsen) et Mads Mikkelsen (The Priest), At Eternity’s gate aurait mérité une sortie en salles au cinéma mais son échec lors de sa sortie américaine fait qu’il sera disponible dès le 15 février sur Netlix.. On ne saurait trop vous conseiller de découvrir ce film réussi et passionnant.

    At Eternity's Gate
    Un film de Julian Schnabel
    Produit par Jon Kilik
    Sur un scénario de Jean-Claude Carrière, Julian Schnabel, Louise Kugelberg
    Avec Willem Dafoe, Rupert Friend, Mads Mikkelsen, Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Oscar Isaac
    Musique de Tatiana Lisovskaya
    Directeur de la photographie : Benoît Delhomme
    Montage : Louise Kugelberg, Julian Schnabel
    Production : Iconoclast, Riverstone Pictures
    Distribué par CBS Films (Etats-Unis), Netflix (France)
    Date de sortie : 3 Septembre 2018 (Venise), 16 novembre 2018 (Etats-Unis), 15 février 2019 (France)
    Durée : 110 minutes

    Vu le 7 février 2019 sur Netflix (press link screener)

  • 4