Logo
Accueil > Reviews > Stan & Ollie

Stan & Ollie

  • Stan & Ollie
    1953. Laurel et Hardy, le plus grand duo comique de tous les temps, se lancent dans une tournée à travers l’Angleterre. Désormais vieillissants et oubliés des plus jeunes, ils peinent à faire salle comble. Mais leurs capacités à se faire rire mutuellement et à se réinventer vont leur permettre de reconquérir le public, et renouer avec le succès. Même si le spectre du passé et de nouvelles épreuves ébranlent la solidité de leur duo, cette tournée est l’occasion unique de réaliser à quel point, humainement, ils comptent l’un pour l’autre…

Critique de Mulder

  • Après l’excellent Ordure ! (2013) dans lequel James McAvoy interprétait un sergent-détective très borderline, Stan & Ollie est le troisième film de Jon S. Baird sur un scénario de Jeff Pope consacré aux dernières années actives du duo Stan Laurel et Olivier Hardy. Alors que leurs heures de gloire sont derrière eux, le duo le plus connu de l’histoire du cinéma arpente les scènes d’Angleterre et retrouve le succès tout en gardant intact leur renommée.

    Stan & Ollie réussit à la fois à être tendre et mélancolique et à nous faire rire par les nombreux numéros qui ont fait le succès ce duo. Très inspiré le scénario permet de donner aux deux excellents comédiens principaux Steve Coogan et John C. Reilly une partition parfaite pour camper ce duo. N’étant rien l’un sans l’autre pour incarner leur numéro en commun (même si les deux ont eu une carrière avant leur formation), ce film met en lumière les relations existantes entre les deux hommes faites d’un respect mutuel et d’une amitié sincère et réciproque.

    Laurel et Hardy ont marqué à jamais leur empreinte à Hollywood et constitué un des duos les plus connus et respectés d’une industrie cinématographique en plein essor. De leur première année en 1927 et en plus de vingt cinq ans d’une carrière ayant connu la gloire mais aussi des jours sombres, c’est une centaine de films (courts-métrages, longs-métrages) que ces deux comiques hors normes laissent derrière eux. Si Stan & Ollie gagne toute notre attention c’est surtout en plaçant le décor en 1953 soit vers la fin de leur carrière. Le cinéma semble les délaisser au point qu’ils décident de partir en tournée en Angleterre afin de se refaire une nouvelle carrière. Entre les salles au début à moitié remplies puis totalement, les deux comiques connaissent un nouveau souffle malgré la fatigue et la maladie affectant Oliver Hardy. En cela le film nous touche par sa sincérité et montre ainsi l’amitié véritable entre ces deux artistes ayant décidé de construire leur carrière ensemble.

    L’émotion véritable qui se dégage du film doit beaucoup au duo parfaitement fonctionnel de Steve Coogan et John C. Reilly mais aussi à ses nombreux seconds rôles comme Nina Arianda, Shirley Henderson, Danny Huston, Rufus Jones et Susy Kane. Le film montre l’envers du décor que cela soit par son introduction dans laquelle le duo traverse un studio américain de cinéma ou en backstage de nombreux théâtres. Cette mise en lumière se retrouve être passionnante et sonnant vraie. Elle donne au film toute sa force et évite certaines redites souvent liées aux biopics qui se veulent trop hagiographiques. On ressort ainsi mélancolique de ce film en se rappelant que le cinéma hollywoodien peut mettre en avant certains comiques puis les délaisser si le succès s’amoindrit.

    Vu le 9 janvier 2019 à la Salle Metropolitan, en VO

  • 4