Logo
Accueil > Reviews > Bienvenue à Marwen

Bienvenue à Marwen

  • Bienvenue à Marwen
    L'histoire de Mark Hogancamp, victime d'une amnésie totale après avoir été sauvagement agressé, et qui, en guise de thérapie, se lance dans la construction de la réplique d'un village belge durant la Seconde Guerre mondiale, mettant en scène les figurines des habitants en les identifiant à ses proches, ses agresseurs ou lui-même.

Critique de Mulder

  • Robert Zemeckis s’est imposé par sa filmographie comme l’un des réalisateurs hollywoodiens les plus intéressants. Sa longue filmographie témoigne de sa volonté de ne pas se contenter à un seul genre ni chercher constamment à proposer au public des blockbusters sans âme. Ainsi après la trilogie incontournable Retour vers le futur (1985-1990), Forrest Gump (1994), Seul au monde (2000), Flight (2012), The Walk : rêver plus haut (2015) et d’autres films tout aussi intéressants et novateurs, son nouveau film Bienvenue à Marwen est sûrement l’un de ses plus personnels qu’il a co-écrit et réalisé.

    Inspiré du documentaire Marwencol de Jeff Malmberg qui présente Mark Hogancamp un ancien marine qui fut tabassé à mort pour avoir dit dans un bar qu’il aimait porter des chaussures de femme. Après quarante jours de coma dans un hôpital le laissant avec une perte de mémoire importante, incapable de venir à bout de la thérapie qui lui était proposé, il décida de se construire son propre univers avec de nombreux jouets représentant des personnes de son entourage. Après un documentaire et surtout un livre Welcome to Marwencol (1995) que Mark Hogancamp and Chris Shellen salué par la critique, un tel sujet ne pouvait qu’attirer l’attention de ce réalisateur et surtout lui permettre de nouveau de proposer de nouveaux concepts. Le film mélange ainsi avec une certaine alchimie la vie réelle de Mark Hogancamp (certes romancée) mais aussi l’univers qu’il a créé à travers les aventures de ses jouets. Ces deux univers.

    Bienvenue à Marwen constitue ainsi une nouvelle étape dans la longue carrière d’un réalisateur passionnant. Il montre sa perpétuelle volonté d’innover que cela soit par l’utilisation de nouveaux procédés techniques (caméra 6K, effets spéciaux) ou de proposer des histoires qui l’inspirent réellement. On appréciera également l’important casting féminin qui entoure Steve Carell dans le rôle principal que cela soit Leslie Mann (Nicol), Eiza Gonzalez (Caralala), Diane Kruger (Deja Thoris), Gwendoline Christie (Anna), Merritt Wever (Roberta), Janelle Monáe (GI Julie), Siobhan Williams (Elsa) et Leslie Zemeckis (Suzette).

    Loin de ce cinéma hollywoodien formatté, Bienvenue à Marwen s’impose comme l’un des films les plus réussis d’un scénariste, réalisateur actuel. Il mérite donc d’être découvert au cinéma. Certes il ne plaira pas à tous mais témoigne qu’il est encore possible d’innover et de sortir des sentiers banalisés d’une cinéma manquant de naturel et d’âme.

    Vu le 17 décembre 2018 à la Salle Universal, en VO

  • 3.5