Logo
Accueil > Reviews > Aquaman

Aquaman

  • Aquaman
    Les origines d’un héros malgré lui, dont le destin est d’unir deux mondes opposés, la terre et la mer. Cette histoire épique est celle d’un homme ordinaire destiné à devenir le roi des Sept Mers.

Critique de Mulder

  • “Born on the wrong side of the ocean
    With all the tides against you
    You never thought you'd be much good for anyone
    But that's so far from the truth”
    Skylar Grey – Everything I need

    Après les décevants Superman VS Batman : l’aube de la justice (2016) et Justice League (2017), on aurait pu s’attendre à une nouvelle déception de DC Entertainment et un film boursouflé d’effets spéciaux plus ou moins réussis et à un scénario animique pourtant le résultat est plutôt une bonne surprise. Il s’agit en effet d’une très belle démonstration des possibilités d’une excellente salle IMAX et d’une réelle amélioration au niveau conceptuel. En effet malgré un déluge d’effets spéciaux dans certaines scènes (les moins réussies) rappelant celles des films précités et d’un combat (de trop) dans Wonder Woman, on préférera porter notre attention sur les nombreuses scènes réussies que cela soit celle d’introduction comme celles dans le sous-marin russe et de combats dans un village près de la mer en Italie. Ces scènes montrent ce que devrait être un film de l’univers cinématographique DC.

    On comprendra également en découvrant la bande annonce de Shazam et celle découverte en juillet dernier de Wonder Woman 1984 cette même volonté de revenir à des films misant d’abord sur un scénario et évitant comme ce fut le cas précédemment une hémorragie d’effets spéciaux plus ou moins convaincants. Alors que le magistral film de Richard Donner Superman (1978) reste à jamais dans nos mémoires comme le film parfait sur un super-héros DC comic, les dernières adaptations semblent avoir été créées par des personnes qui ne sont pas réellement des passionnés de cet univers pourtant si riche de bandes-dessinées. Il est ainsi facile de comparer l’univers cinématographique Marvel (proche de la réussite totale) et celui de DC cherchant plus à en mettre plein les yeux aux spectateurs quitte à oublier la source originale.

    Aquaman témoigne d’un véritable progrès et surtout de la patte artistique d’un réalisateur ambitieux qui a réussi à redorer le blason de l’univers DC en trouvant le parfait équilibre entre cette profusion d’effets spéciaux voulue par le studio et un film retrouvant le charme du film Superman de Richard Donner. Apparu pour la première fois dans More fun Comics n°73 publié en 1941 et créé par Paul Norris et Mort Weisinger, Arthur Curry se trouve être ici le fils d’un humain (un gardien d’un phare) et de la reine d’Atlantis. Elevé par son père et entrainé par Vulko un proche de la royauté d’Atlantis l’aidant à découvrir et exploiter ses nombreuses facultés dignes d’un super-héros. Ce premier film nous narre ainsi aussi bien son enfance que la manière dont il devint le nouveau roi d’Atlantis. Le scénario de Will Beall et David Leslie Johnson-McGoldrick brasse allègrement une multitude de films comme Avatar, Abyss, Conjuring, Pinocchio et autres films de super-héros. Cette source d’influence particulièrement bien ingérée donne au film une véritable force émotionnelle certes gâchée par ce surplus d’effets spéciaux inutiles. Il serait ainsi intéressant plus tard de ce comparer ce film avec celui sur Namor le Prince des mers (Namor the Sub-Mariner) si il se fait un jour et on se doute que celui-ci obtiendra les faveurs du public.

    On appréciera aussi dans ce film l’humour omniprésent et ses dialogues assez percutant digne des précédents films du réalisateur James Wan. Ainsi après Saw (2004), Dead silence (2007), Death sentence (2007), Insidious 1&2 (2011,2013), Conjuring 1&2 (2013,2016) et Fast and Furious 7 (2015), celui-ci se révèle être plutôt très habile pour apporter une réelle fraicheur dans cette adaptation d’un personnage DC comics. Ce n’est donc pas un hasard de retrouver dans ce film l’un des acteurs fétiches du réalisateur Patrick Wilson dans le rôle de King Orm / Ocean Master. Le reste du casting est également parfaitement en phase avec l’histoire contée et le role d’Arthur Curry / Aquaman scie parfaitement au comédien Jason Momoa qui trouve ici son meilleur rôle à l’écran. Autour de lui on aura plaisir à revoir Amber Heard (Mera), Willem Dafoe (Vulko), Nicole Kidman (Atlanna) et Dolph Lundgren (King Nereus).

    Certes Aquaman n’atteint pas la réussite répétée des derniers films de l’univers cinématographique Marvel mais l correspond à une véritable avancée significative dans le bon sens pour adapter les personnes DC comics sur grand écran. On attend donc avec une véritable impatience Shazam le 3 avril prochain.

    Vu le 19 décembre 2018 au Gaumont Disney Village en IMAX 3D, Salle 11 place E23, en VF

  • 3.5