Logo
Accueil > Reviews > Le retour de Mary Poppins

Le retour de Mary Poppins

  • Le retour de Mary Poppins
    Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages plein de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy.

Critique de Mulder

  • Il aura donc fallu attendre plus de cinquante ans pour retrouver sur grand écran le personnage culte créé par Pamela L. Travers, Mary Poppins. Le premier volet avait remporté cinq Oscar et un grand succès au cinéma et reçu de nombreuses critiques élogieuses. Alors que de nombreux film d’animation de The Walt Disney Company sont adaptés sous forme de film live, il était logique de poursuivre ce film culte et de retrouver les personnages de Mary Poppins, Michael et Jane devenus adultes. Il fallait également retrouver tout le charme du premier volet et surtout moderniser celui-ci et lui rendre hommage.

    Le scénario écrit par David Magee (Neverland (2004), Miss Pettigrew (2008)..) place donc l’histoire dans les torpeurs de la grande crise économique de 1929, une période dans laquelle les conditions de vie étaient difficiles et l’avenir incertain pour de nombreuses personnes. Cette période nous renvoie ainsi vers celle actuelle dans laquelle seul le travail prime et où la magie n’opère plus pour venir à bout de nombreux problèmes. On retrouve donc le personnage de Michael Banks qui travaille à la même banque dans laquelle son père a fait sa carrière. Il est resté attaché à son passé et suite au décès de sa femme élève seul ses trois enfants. Ses nombreuses factures impayées font peser sur lui une menace d’éviction. Sa sœur Jane est restée proche de lui et est une fervente partisane du droit des ouvriers. Le retour de Mary Poppins va bouleverser de nouveau leur vie. Michael et ses trois enfants et Jane vont aussi pouvoir bénéficier de l’aide du charmant allumeur de réverbères Jack.

    Comme le premier volet, Le retour de Mary Poppins est une somptueuse comédie musicale dans laquelle la magie est omniprésente que cela soit pour prendre un bain, rentrer dans un univers de personnages animés ou s’envoler dans les airs. En plaçant l’histoire vingt ans après les événements relatés dans le premier volet, Le retour de Mary Poppins réussit à gagner notre attention et à nous transporter dans un univers inoubliable peuplé de personnages atypiques et opposant constamment un monde terne et magique dans lequel les seules limites sont celles de notre imagination.

    Pour donner vie à un tel film et réussir à redonner vie à un univers que nous apprécions il fallait non seulement trouver un excellent réalisateur mais surtout une comédienne capable de prendre le relais et avoir la grâce nécessaire et capable de danser et chanter aussi bien que Julie Andrews. Rob Marshall ne pouvait qu’être le meilleur choix pour réussir ce pari difficile de redonner vie à Mary Poppins et surtout réussir à filmer les nombreux numéros musicaux avec un véritable sens esthétique et du rythme irréprochable. Ainsi après Chicago (2005), Nine (2009) et Into the Woods, Promenons-nous dans les bois (2014), Le retour de Mary Poppins s’impose comme la comédie musicale de cette année et surtout nous rappelle un temps révolu où le cinéma fantastique n’était pas qu’une suite d’effets spéciaux spectaculaires sur un scénario souvent maigre et manquant d’originalité.

    Ce film constitue la parfaite combinaison entre la grande époque hollywoodienne dans laquelle les excellentes comédies musicales étaient adulées par le public et saluées par la critique et celui d’un cinéma actuel hollywoodien de qualité. De la même manière, Emily Blunt s’impose aisément comme la seule comédienne pouvant reprendre le rôle-titre. Elle redonne vie à Mary Poppins avec une véritable présence angélique.

    Les seconds rôles sont également sélectionnés avec soin et on retrouve Lin-Manuel Miranda (Jack),  Ben Whishaw (Michael Banks), Emily Mortimer (Jane Banks), Colin Firth (William Weatherall Wilkins), Meryl Streep (Cousine Topsy), Dick Van Dyke (M. Dawes, Jr.).

    Le retour de Mary Poppins s’impose ainsi comme un divertissement parfait pour toute une nouvelle génération de spectateurs et surtout montre qu’il est encore possible de proposer des comédies musicales magiques et inoubliables rappelant tout un pan du cinéma américain révolu…

    En un mot : Supercalifragilisticexpialidocious

    Vu le 4 décembre 2018 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1, en VO

  • 5