Logo
Accueil > Reviews > Astérix - le secret de la potion magique

Astérix - le secret de la potion magique

  • Astérix - le secret de la potion magique
    À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…

Critique de Mulder

  • Astérix – le secret de la potion magique marque la dixième transposition sous la forme d’un long métrage d’animation des personnages créés par le scénariste René Goscinny et le dessinateur Albert Uderzo en octobre 1959. Ainsi après Astérix le Gaulois (1967), Astérix et Cléopâtre (1968), Les douze travaux d’Astérix (1976), Astérix et la Surprise de César (1985), Astérix chez les bretons (1986), Astérix et le coup du menhir (1989), Astérix et les indiens (1994), Astérix et les vikings (2006), Astérix : le domaine des dieux (2014), ce nouveau film permet de retrouver un univers que nous connaissons très bien et que nous apprécions. Il s’agit pour la première fois d’une aventure nouvelle non rattachée à une histoire déjà sortie en bande dessinée. Comme le film précédent, on retrouve au scénario et à la réalisation Louis Clichy et Alexandre Astier et à l’animation de nouveau le studio Mikros Animation. Le plaisir de retrouver un univers que nous apprécions est en parti gâché par une intrigue trop simpliste et linéaire mettant en avant le personnage du druide Panoramix et sa quête à trouver un jeune druide qu’il formerait pour prendre sa place suite à son âge avancée.

    Alors qu’un grand soin est de nouveau porté à l’animation et montre que les studios français sont capables de rivaliser avec les studios hollywoodiens en terme de qualité mais aussi d’innovation, il faut reconnaitre que la volonté de sortir de la formule qui a fait le succès des aventures d’Astérix se révèle ici un véritable exercice de destruction allant même jusqu’à mettre à mal le village de ces irréductibles gaulois et à présenter un combat de géants complètement hors sujet et uniquement présent pour tenter de rivaliser avec le retour tant attendu de l’un des Transformers les plus adulés. En voulant gagner une nouvelle génération de spectateurs, Astérix – le secret de la potion magique semble vouloir rejeter l’héritage culturel laissé par René Goscinny et Albert Uderzo.

    De la même manière alors que jusqu’à ce film la voix d’Astérix était celle de Roger Carel, c’est de nouveau au tour de comédien Christian clavier qui a interprété au cinéma (Astérix et Obélix contre César (1999) et Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002)) de reprendre le flambeau et malheureusement le résultat n’est pas aussi concluant. Certes, le peu de dialogues du personnage dans le film et l’accent mis sur le personnage de Panoramix réduit le plus apprécié des gaulois à un second rôle mais cela ne renforce guère notre adhésion à cette nouvelle aventure.

    Pourtant, malgré une intrigue trop simpliste, il faut reconnaitre que le film témoigne d’une réelle inventivité non seulement au niveau des noms et des scènes loufoques du film (Panoramix parle couramment le sanglier et apparait comme un chercheur loufoque). De la même manière, les scènes avec les nombreux druides apportent au récit une véritable fraicheur et montre qu’avec un scénario nettement plus abouti, ce film aurait pu s’imposer comme l’un des films incontournables de Noël. La véritable trouvaille du film est le personnage de la jeune Pectine qui s’impose ici parmi les rôles principaux et arrive même à voler la vedette aux personnages d’Astérix et Obélix. En découvrant ce personnage on pense en permanence à celui d’Astrid dans la trilogie des films d’animation Dragons de Dean DeBlois. Sa présence apporte au film une dose de tendresse supplémentaire.

    Une nouvelle fois la version française bénéficie d’un excellent casting vocal et nous permet de retrouver dans les personnages importants Christian Clavier (Astérix), Guillaume Briat (Obélix), Alex Lutz (Teleferix), Alexandre Astier (Oursenplus), Elie Semoun (Cubitus), Daniel Mesguich (Sulfurix), Bernard Alane (Panoramix), Gérard Hernandez (Atmosferix) et Ordralfabetix (François Morel)

    Dans leur recherche de vouloir proposer un film reprenant les bases de l’univers d’Astérix et Obélix mais aussi en voulant moderniser celui-ci, Astérix – le secret de la potion magique ne s’impose certes pas comme un des meilleurs films d’animation de l’année (on reste très loin de la perfection de Ralph 2.0) mais permet de passer un bon moment en famille.

    Vu le 02 décembre 2018 au Gaumont Disney Village, Salle 1 place L12 , en VF

  • 2.5