Logo
Accueil > Reviews > A star is born

A star is born

  • A star is born
    Star de country un peu oubliée, Jackson Maine découvre Ally, une jeune chanteuse très prometteuse. Tandis qu'ils tombent follement amoureux l'un de l'autre, Jack propulse Ally sur le devant de la scène et fait d'elle une artiste adulée par le public. Bientôt éclipsé par le succès de la jeune femme, il vit de plus en plus de mal son propre déclin…

Critique de Mulder

  • <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/GIXaxUHLvh0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

    “Don't want to feel another touch
    Don't want to start another fire
    Don't want to blow another kiss
    No other name falling over my lips”
    Lady Gaga – I’ll never love again

    Le premier film co-scénarisé et réalisé par le comédien Bradley Cooper A star is born témoigne que celui-ci ne cherche à aucun moment la facilité, au contraire il livre une histoire pétrie d’un amour véritable envers la musique et la créativité. Le personnage principal est une star de country qui a connu le succès et qui continue à jouer en ayant perdu un peu de son glamour et dont les années couronnées de succès semblent lointaines mais lui permettent encore de remplir des stades. Alcoolisé en permanence, après un concert, il va s’arrêter dans un bar de drag queens et faire une rencontre qui changera à jamais sa vie. Ally est une serveuse et joue de temps en temps dans ce bar et interprète des titres français comme La vie en rose. Jackson Maine va tomber littéralement fol amoureux de cette jeune artiste et découvrir que celle-ci comme lui est une passionnée de musique qui écrit ses propres chansons qu’elle n’ose pourtant pas jouer se croyant pas assez belle pour pouvoir faire carrière. De cette rencontrer, va naitre une relation dévastatrice d’un artiste en fin de carrière et d’une artiste surdouée à qui tout semble réussir par la force d’une voix magique, d’une présence angélique et fragile et surtout capable d’écrire de superbes mélodies dont l’inoubliable Shallow.

    Le film de William A Wellman sorti en 1937 aura connu trois remakes réussis qui ont marqué à jamais de nombreux spectateurs. Après la version de George Cukor sortie en 1954 et celle de Frank Pierson en 1976, A star is born modernise l’histoire originelle et l’incorpore dans notre contexte actuel. Dès la première scène se déroulant en plein concert, on ressent une certaine fascination pour cet artiste marqué par le sort qui est en train de devenir sourd et qui est rongé par les fantômes du passé et une tendance à l’autodestruction. Bradley Cooper après avoir tourné sous la direction de réalisateurs aguerris (Todd Philips, Garry Marshall, Joe Carnaha, David O Russell, Clint Eastwood, Cameron Crowe) semble avoir retenu un véritable sens esthétique du cadrage et de conteur tellement son film sonne juste et porte un regard judicieux sur l’industrie musicale, sur le succès et les échecs de la vie et surtout sur l’importance de trouver sa moitié malgré les complications multiples qui en découlent. Alors que Jackson Maine semble en permanence sous l’influence l’alcool ou autres substances illégales pour trouver de l’inspiration, Ally semble vouloir mener une vie simple, prendre plaisir de la vie et écrire dessus. Lorsque le succès emporte celle-ci vers une autre destinée, ce couple va se heurter, s’opposer mais trouver un véritable équilibre en étant ensemble.

    Même si on se doute de la fin du film en connaissant les anciennes versions, A star is born nous fascine, nous touche réellement par sa sensibilité et la découverte dans un contre-rôle de Bradley Cooper loin des comédies qui ont fait son succès mais surtout de Lady Gaga comme véritable comédienne. Après plusieurs rôles secondaires comme dans Men in Black 3 (2012), Machete Kills (2014), Sin city : j’ai tué pour elle (2014), on découvre que cette auteure-compositrice-interprète est aussi une très grande comédienne qui n’a pas peur de casser son image et de se mettre à nu devant la caméra sans artifice, sans maquillage. Sa véritable beauté éclate à chacun des scènes du film .Elle forme avec Bradley Cooper un duo attachant nous rappelant celle de la grande époque hollywoodienne de couples mythiques.

    La grande force du film vient également de la volonté du réalisateur de ne jamais tricher par rapport aux nombreuses performances musicales du film. Le playback est donc exclu. Un véritable travail a été fait pour créer de grandes chansons notamment Always Remember Us the way, Heal me, Before I cry et surtout I’ll never love again. Pour chercher en permanence à rester réaliste, le film fut tourné dans de nombreux lieux comme le Greek Theater, le Regent Theater, le Forum et le Shrine Auditorium à Los Angeles mais aussi sur le plateau de l’émission culte Saturday night live. Le réalisateur s’est également entouré d’excellents seconds rôles comme les comédiens Andrew Dice Clay pour interpréter le père d’Ally ou Sam Elliott pour interpréter le frère de son personnage.

    A star is born mérite amplement l’excellent accueil presse reçu lors de sa projection au TIFF.Loin du cinéma hollywoodien sans âme et souvent vide de sens dont les effets spéciaux cachent maladroitement la faiblesse scénariste, le premier film de Bradley Cooper est un hymne à la création musicale, un hymne à l’amour et surtout impose Lady Gaga comme l’une des favorites au titre de l’Oscar de la meilleure actrice.

    Vu le 01 octobre 2018 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1, en VO

  • 5