Logo
Accueil > Reviews > Bad Samaritan

Bad Samaritan

  • Bad Samaritan
    Tout le monde peut-il être un héros ? C'est à cette expérience qu'un cambrioleur va être confronté. Alors qu'il pénètre dans une maison pour y commettre un vol, Sean va découvrir une femme séquestrée. Doit-il ignorer ce qu'il a vu ? Ou venir en aide à la captive ? Un choix qui va l'entraîner dans une aventure inattendue...

Critique de Mulder

  • Voici donc le second film de Dean Devlin, proche collaborateur de longue date de Roland Emmerich pour lequel il fut le scénariste et producteur de plusieurs de ses blockbusters (Stargate, la porte des étoiles (1994), Godzilla (1998), The patriot: Le chemin de la liberté (2000)) mais aussi uniquement scénariste (Universal Soldier (1992), Independance day (1996)).

    Après un premier thriller assez réussi se déroulant dans l’espace et sur terre Geostorm (avec Gerard Butler), Bad Samaritan s’impose aisément comme son film le plus réussi. Cette fois-ci il confie le scénario à Brandon Boyce et ne se contente que de la mise en scène et de le co-produire. En faisant d’un cambrioleur, un héros involontaire qui va devoir affronter un dangereux psychopathe (incarné par David Tennant).

    En découvrant Bad Samaritan on pense à ces nombreux thrillers sur lesquels planait l’ombre d’Alfred Hitchcock. L’intrigue plutôt propice à de nombreux affrontements réussit à capturer notre attention pendant tout le récit et nous nous prenons d’affection pour cet anti-héros qui se verra suite à un cambriolage qu’il faisait se retrouver face à une femme kidnappée et enchainée à une chaise. Ne pouvant la sauver sous peine d’être démasqué comme cambrioleur, il décide pourtant de retourner sur les lieux du crime et de sauver cette inconnue.

    La grande réussite de ce thriller est de donner à David Tennant un rôle à contre-emploi (il incarna Doctor Who pendant plusieurs saisons) comme ce fut déjà le cas dans la série Jessica Jones (Kilgrave). On retrouve également dans les rôles des personnages principaux les jeunes comédiens Robert Sheehan (la série Misfits, The Mortal Instruments : La Cité des ténèbres (2013), Geostorm (2017) et Carlito Olivero. Malgré sa présence très courte à l’écran, la jeune comédienne Jacqueline Byers capture notre attention et apporte au film son atout charme. Elle est ici l’élément déclencheur qui fera que Sean Falco décidera qu’il est temps d’en finir avec ce dangereux psychopathe qui semble prendre un malin plaisir à détruire l’entourage de celui-ci (ses parents sont renvoyés de leur travail, son meilleur ami se retrouve pris au piège)…

    Malgré une certaine efficacité et un suspens prenant ce film n’a pas rencontré son public lors de sa sortie en salles aux Etats-Unis. Il mérite pourtant une seconde chance dans le cadre de sa sortie en VO

    Vu le 23 septembre via un lien screener presse

  • 3.5