Logo
Accueil > Reviews > Ophelia

Ophelia

  • Ophelia
    Ophelia devient la dame d’honneur de confiance de la reine Gertrude. À la fois belle et intelligente, elle attire rapidement l’attention du jeune prince Hamlet et un amour réciproque prend racine malgré les interdits de la cour. Alors qu’une guerre se prépare, les alliances se font et se défont au sein du royaume et les trahisons guettent au château d’Elsinore. Ophelia doit également faire des choix : préserver son grand amour ou protéger sa vie afin que son lourd secret ne soit dévoilé…

Critique de Mulder

  • A Ophélie, ta présence me manque

    Nous ne comptons plus les adaptations cinématographiques des œuvres de William Shakespeare qu’elles soient réussies ou non. Le nouveau film de la réalisatrice Claire McCarthy propose pourtant une approche originale puisqu’il correspond à l’adaptation du roman de Lisa Klein elle-même inspirée de la pièce Hamlet de cet illustre dramaturge. Alors que la plupart des films en costumes manquent pour la plupart de rythme et semblent issus d’une forme de cinéma révolue, Ophelia nous captive par ce portrait d’une femme instruite et libre dont la beauté et l’intelligence en font une des plus admirées et jalousées en même temps. Son audace lui vaut de devenir une des servantes de la Reine mais aussi de capturer l’attention du prince Hamlet.

    Dans les nombreux rebondissements on reconnaitra aisément les principales thématiques shakespeariennes faites de trahisons, d’amour impossible et de guerres permanentes pour accéder au pouvoir. Pourtant , le film nous raconte une histoire connue sous un prisme différent tout aussi intéressant mais surtout très féministe. De la même manière, le rythme soutenu du film et les nombreuses scènes d’actions et l’apport de certains éléments fantastiques (une sorcière, un fantôme) donnent au récit une véritable force.

    On appréciera aussi la présence dans les rôles principaux de comédiennes que nous apprécions Daisy Ridley (Ophelia) et Naomi Watt (Gertrude / Mechtild) mais aussi dans les rôles masculins de Clive Owen (Claudius), Tom Felton (Laertes), George MacKay (Hamlet), Devon Terrell (Horatio), Dominic Mafham (Polonius). Une nouvelle fois Daisy Ridley nous subjugue et apporte à ce film sa fragilité et sa beauté. La qualité du scénario explique aisément un tel casting et nous suivons avec grand intérêt la destinée d’Ophélia.

    Une nouvelle fois le personnage d’Hamlet apparait comme un être tourmenté qui devra choisir entre Ophélia et sa quête de vengeance, entre son statut social ou vivre librement avec la femme de sa vie. Par son universalité, ce film nous touche, nous inspire et surtout nous donne envie de nous replonger dans la lecture et la découverte d’un temps révolu et qui nous passionnera à jamais.

    Vu le 5 septembre 2018 au Morny club (Deauville), en VO

  • 3.5