Logo
Accueil > Reviews > Peppermint

Peppermint

  • Peppermint
    Riley North est une jeune mère de famille dont le mari et la petite fille viennent d’être assassinés par un gang. Face à système judiciaire corrompu qui remet en liberté les meurtriers qu’elle avait pourtant formellement identifiés, Riley décide de prendre les armes pour faire payer tous ceux qui, de prêt ou de loin, sont impliqués.

Critique de Mulder

  • 'Watching someone take everything from you, it turns you into somebody else.' - Riley North

    Peppermint s’apparente à un film d’action musclé et efficace célébrant le grand retour de Jennifer Garner au cinéma d’action (Daredevil, Elektra et la série Alias) en ange exterminateur. Aucun temps mort et une réalisation inspirée du réalisateur de Taken, Pierre Morel, en font assurément le film d’action de ce début septembre.

    L’intrigue est certes assez simpliste et montre comment une jeune mère de famille suite aux meurtres de son mari et de leur petite fille se transforme en véritable vigilante dont le seul objectif est de se venger et de faire respecter la loi dans le quartier pauvre de la vile de Los Angeles dans lequel elle vit dans un camion lui servant de base. Le scénario de Chad St John réussit à retrouver intact tout le charme des films d’action des années 80 et 90 de héros virils comme Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone et autre Jean Claude Van Damme. Le réalisateur Pierre Morel très à l’aise dans le cinéma d’action Banlieue 13 (2004), From Paris with love (2010) enchaine les scènes d’action au rythme soutenu sans oublier à aucun moment de donner de l’épaisseur aux personnages principaux.

    Alors que le cinéma d’action est plutôt masculin, il est novateur d’avoir donné à une femme révoltée le rôle principal et surtout proposer une action graphique, violente et d’une efficacité redoutable. De la même manière que Taken repose sur le charisme de Lian Neeson, Peppermint bénéficie du charme de Jennifer Garner qui retrouve enfin un rôle important loin des nombreuses comédies dramatiques dans lesquelles elle s’est fourvoyée à de nombreuses reprises. Face à un puissant cartel, Riley non seulement réussira à faire justice. D’une femme meurtrie face à une justice faillible à une véritable machine à tuer, le personnage de Riley nous renvoie également à celui de Sarah Connors dans la saga Terminator.

    A défaut d’être totalement original, Peppermint s’apparente à un film d’action terriblement efficace et méritera amplement d’être découvert dans une excellente salle de cinéma.

    Vu le 8 septembre 2018 au Morny club (Deauville), en VO

  • 3.5