Logo
Accueil > Reviews > Searching - portée disparue

Searching - portée disparue

  • Searching - portée disparue
    Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches, en commençant par là où personne n’a encore regardé : l’ordinateur de sa fille.

Critique de Mulder

  • Cette année le festival du cinéma américain de Deauville nous aura permis de découvrir dans sa programmation d’avant-première de nombreux films dont Searching – portée disparue premier film co-écrit et réalisé par Aneesh Chaganty avec John Cho dans le rôle principal (saga American Pie, Harold & Kumar, Star Trek into Darkness (2013)..). Loin d’être un simple thriller relatant la recherche d’un père pour retrouver sa fille qui a disparu, ce film est également un brillant exercice de style dans le sens que toute l’histoire se déroule à travers de nombreux écrans que cela soit celui d’un ordinateur ou d’un téléphone cellulaire.

    Aussi audacieux par son traitement que parfaitement maitrisé d’un point de vue scénaristique, le film nous rappelle l’importance d’avoir un excellent scénario pour capter l’attention du public mais également proposer de nombreux rebondissements et fausses pistes pour ne lui laisser aucun moment de répit. Par cette intrigue relatée à travers uniquement de nombreux écrans, à aucun moment le réalisateur ne perd l’attention du public et lui propose une véritable expérience cinématographique.

    Dès les premières images du film on nous présente à travers un écran d’ordinateur le passé tragique de David Kim et de sa fille Margot suite au décès de sa femme d’une grave maladie. En créant un véritable lien émotionnel entre le public et le personnage principal, le film capte en permanence notre attention. On pensera notamment aux nombreux thrillers d’Alfred Hitchcock et un véritable sens de placer les spectateurs au centre de l’histoire. Alors que le personnage principal va devoir découvrir le passé de sa fille disparue par l’intermédiaire de son ordinateur,le film n’hésite pas à brocarder l’importance des moyens de haute technologie dans nos vies ordinaires.

    Certes la dernière partie de l’intrigue pourrait sembler pour certains trop grand guignolesque et surprenante mais cela n’enlève en rien la qualité de ce premier film et son mécanisme parfaitement huilé pour s’imposer comme l’un des thrillers importants de cette rentrée.

    Vu le dimanche 2 septembre 2018 au Morny club (Deauville), en VO

  • 4