Logo
Accueil > Reviews > Upgrade

Upgrade

  • Upgrade
    Après la mort de son épouse lors d'une violente agression qui l'a laissé paralysé, Grey Trace est approché par un inventeur milliardaire qui propose de lui administrer un remède expérimental qui va "upgrader" son corps et ses facultés. Désormais doté d'un implant fonctionnant à l'intelligence artificielle, Grey voit ses capacités physiques décuplées et se lance dans une mission vengeresse, afin de faire payer ceux qui ont tué sa femme.

Critique de Mulder

  • A Orion, mon alter-ego

    Certains films vous marquent de manière indélébile et tiennent presque du miracle par leur volonté de briser ces mécanismes purement mercantiles, artificiels et puériles. On se doutait bien également que la société de production Blumhouse ne faisait pas que des films d’horreur à petit budget (franchises ou non) mais proposait aussi des films auxquels elle apportait son savoir-faire que cela soit les excellents Whiplash (2014), The visit (2015), Split (2017) ou plus récemment BlacKkKlansman : J'ai infiltré le Ku Klux Klan et le très attendu Glass l’année prochaine. Parmi les nombreux films sortis cette année, un seul par sa bande annonce s’annonçait comme le film événement à ne pas manquer pour tous les passionnés de film d’action et de science-fiction, Upgrade.

    Après avoir signé de nombreux scénarios de films thrillers horrifiques (Saw I à III (2004-206), Dead silence (2007), Insidious (2011-2018)), été aussi bien producteur que comédien sur de nombreux films, Leigh Whannell livre pour sa seconde réalisation une histoire qui lui est plus proche et surtout un moyen de rendre hommage au cinéma qu’il aime, celui des années 80 à 90 de science-fiction et d’action. En proposant un contexte futuriste aussi réaliste que possible (la voiture qui se conduit tout seul, les micro-téléphones, l’omniprésence des drones, la place prédominante de la haute technologie dans nos vies, aux cyborgs), Upgrade nous plonge dans un univers que nous adorons et dans lequel on trouvera facilement ses repères. Malgré un budget assez réduit, le réalisateur et scénariste réussit à donner à son film l’allure d’un véritable blockbuster et n’hésite pas à rendre hommage à sa manière aussi bien aux films de science-fiction qui ont bercé notre enfance comme Robocop, Terminator, Blade Runner, Matrix qu’à des films d’action très violents comme le fut la saga Death Wish avec Charles Bronson ou The Killer et A toute épreuve de John Woo. En évitant les redites et de proposer un simple copier-coller, le scénario très habile mixte ses différentes sources d’inspiration et nous propose un film tout simplement parfait.

    Dans cette ville futuriste, Grey Trace est un homme au foyer qui passe son temps à réparer des voitures et vivre en harmonie avec sa femme Asha . Pourtant ce bonheur va se voir ternir lors d’une soirée mouvementée pendant laquelle sa femme va être assassinée devant ses yeux et le laisser paralysé. Approché par un milliardaire qui doit sa fortune à sa société high-tech, il va se voir proposer une puce révolutionnaire qui non seulement va lui redonner l’usage de son corps mais aussi lui donner une force surhumaine et faire de lui un véritable androïde et un accès à un ordinateur STEM capable de communiquer avec lui uniquement comme une voix intérieure et lui amener toute sorte d’information. Cet upgrade va ainsi lui permettre de se venger de ceux qui ont tué sa femme mais aussi de devenir une véritable machine de guerre aussi habile aux sports de combat qu’à l’utilisation d’armes à feu. Malgré tout sa recherche de la personne qui a orchestré l’assassinat de sa femme va le plonger dans un véritable guet-apens qui ne le laissera pas indemne.

    Alors que le cinéma actuel nous déçoit le plus souvent par son normalisme, certains films continuent à nous étonner, à nous donner envie d’applaudir et nous laissent sans voix. Que cela soit un Dark knight, la découverte de A toute épreuve de John Woo ou Matrix, ces films nous montraient qu’à force de travail et de vouloir changer les choses de grands réalisateurs pouvaient révolutionner, voire upgrader le cinéma actuel. Dans ce sens, Upgrade illustre parfaitement son titre, il nous sidère par son montage rythmé, l’utilisation parfaite des effets spéciaux mais surtout par ses scènes de combats monstrueuses nous rappelant la grande époque du cinéma Hongkongais.
    On appréciera aussi les différents thèmes qu’abordent avec intelligence le film comme la fuite dans un monde virtuel dans lequel on peut façonner son univers à son image ou cette manière d’aborder l’évolution humaine qui rappellera pour certains également d’une certaine manière le cinéma de David Cronenberg. Ces êtres mi-homme mi- machine dont les brais sont de véritables fusils (clin d’œil au manga Cobra ?) qui se révéleront des ennemis coriaces. Upgrade dépasse aisément le statut d’un simple film de série B pour s’imposer comme l’un des meilleurs films de cette année et surtout à toutes les cartes en mains pour s’imposer comme un film culte et générationnel

    Vu le 14 août 2018 en VO

  • 5