Logo
Accueil > Reviews > Papillon

Papillon

  • Papillon
    Henri Charrière, dit "Papillon", malfrat de petite envergure des bas-fonds du Paris des années 30, est condamné à la prison à vie pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Il est envoyé sur l'île du Diable, en Guyane. Il va faire la connaissance de Louis Dega qui, en échange de sa protection, va aider Papillon à tenter de s'échapper...

Critique de Mulder

  • Que faut-il réellement retenir de cette nouvelle adaptation du livre semi-autobiographique d’Henri Charrière semble être la question fondamentale suite à la découverte de celui-ci. On garde encore en mémoire celle de 1973 du film réalisé par Franklin J. Schaffner, avec Steve McQueen et Dustin Hoffman, un film devenu culte avec le poids des années. Comme dans le précédent film, il fallait trouver deux excellents comédiens dont le duo pouvait convaincre toute une nouvelle génération de spectateurs n’ayant ni lu le livre ni vu cette première adaptation. Tourné dans plusieurs pays d’Europe, Monténégro, Serbie et surtout Malte, Charlie Hunnam et Rami Malek forment un excellent duo parfaitement fonctionnel dans lesquels ils livrent deux interprétations parfaites.

    De la même manière la mise en scène sans fioriture mais efficace du réalisateur danois Michael Noer permet à Papillon de trouver un rythme soutenu et assez académique en soi. Loin de chercher constamment l’approbation des spectateurs et à leur livrer un film prémâché le scénario d’Aaron Guzikowski suit la trame du best-seller semi autobiographique d’Henri Charrière et nous livre une histoire envoûtante et forte. Impossible de rester de marbre face au calvaire de cet homme accusé d’un meurtre mais innocent et sa volonté de retrouver sa liberté. On pense en découvrant ce film à Midnight express par la violence omniprésente et ses conditions d’emprisonnement inhumaines.

    Après avoir joué déjà ensemble dans la série Sons of Anarchy, les deux comédiens principaux trouvent ici matière à construire de véritables personnages et à nous faire ressentir leur destinée tragique et l’horreur véritable qu’ils traversent. De nombreux films ont abordé la thématique de la prison avec plus ou moins de conviction mais il faut reconnaitre que Papillon visant une approche assez documentaire nous livre un constant affligeant sur ces prisons insalubres dans lesquelles règnent la loi du plus fort et où survivre devient une véritable mission impossible. Le fait que Charlie Hunnam ne soit pas encore une mégastar sur lesquels les studios bâtissent des films sur mesure renforce notre adhésion à ce film et montre une nouvelle fois qu’il est un excellent comédien.

    Alors que cette saison estivale est plutôt calme en terme de sorties en salles, Papillon trouvera aisément sa place dès sa sortie mi-août dans le cœur des spectateurs, on regrettera seulement l’absence d’avant-première avec le casting et le réalisateur comme c’est souvent le cas à Los Angeles dont je reviens justement…

    Vu le 2018 à la Salle Metropolitan, en VO

  • 4