Logo
Accueil > Reviews > L'espion qui m'a larguée

L'espion qui m'a larguée

  • L'espion qui m'a larguée
    Audrey et Morgan, deux trentenaires vivant à Los Angeles, se retrouvent embarquées malgré elles dans une conspiration internationale lorsque l'ex-petit ami d'Audrey débarque à son appartement poursuivie par une équipe d'assassins. Les deux jeunes femmes sont contraintes d’échapper à leurs poursuivants à travers toute l’Europe, tout en tentant de sauver le monde avec l’aide d’un agent au charme « so british ».

Critique de Mulder

  • Prenez l’une des meilleures humoristes américaines (Kate McKinnon, pilier de l’émission culte Saturday night live) et une des comédiennes les plus irrésistibles du cinéma hollywoodien (Mila Kunis) et mettez-les dans de multiples situations rocambolesques et dans des lieux touristiques européens et vous obtiendrez la comédie du moment. Alors que les comédies américaines semblent se contenter de proposer des sujets familiaux et ayant pour principale mission de ne froisser personne, l’espion qui m’a larguée s’apparente à une véritable bouffée d’oxygène et réussit à mixer parfaitement le film d’espionnage et la comédie romantique et surtout ressusciter le mythique buddy movie américain.

    Le scénario plutôt classique ne révolutionnera certes pas le cinéma actuel mais trouve la juste tonalité pour nous présenter deux trentenaires américaines inséparables Audrey et Morgan dont la première vient de se faire larguer par son petit ami. Lorsque celui-ci la rappelle afin de remettre la main sur une de ses affaires personnelles, ces deux jeunes femmes vont se retrouver plonger dans un vaste réseau d’assassins et obligées de voyager à travers l’Europe. Loin d’être l’Europe imaginée par les américains proche d’une carte postale glamour, les deux scénaristes David Iserson et Susanna Fogel (également réalisatrice) ont préféré jouer la carte de la crédibilité et prendre un véritable soin à utiliser les décors naturels de manière authentique. Que cela soit Budapest ou Amsterdam, on reconnait et apprécie ces lieux touristiques parfaitement utilisés pour donner vie à ce film.

    La réalisatrice Susanna Flogel réussit à livrer un film plein de ryrthme.et de rebondissements et à confirmer l’excellent potentiel de Mila Kunis que nous avions adoré dans Ted (2012) et Bad moms (2016). Chacune de ses scènes que cela soit un homérique gun-fight dans un salon d’un grand hôtel ou une scène de course poursuite (avec dans un court second rôle Kev Adams en chauffeur uber) donne au film toute sa force et fragilité. Son duo parfaitement assorti avec la déjantée Kate McKinnon, fait que nous passons de scènes d’action efficaces à des scènes de pure comédie (les meilleures du film).

    Certes, on aurait aimé des scènes encore plus spectaculaires et des allusions à quelques comédiens cultes des années 90 mettant en valeur ses duos mal assortis. Reste que l’espion qui m’a larguée (clin d’œil évident à l’un des titres d’un film de la saga James Bond) est la comédie d’action US parfaite pour cette période estivale et on passe un excellent moment divertissant.

    Vu le 6 août 2018 à l’UGC George V, salle 1, en VO

  • 3.5

Critique de Caro

  • L’espion qui m’a larguée est un film américain co-écrit et réalisé par Susanna Fogel (Amies malgré lui (2017)) , dans lequel joueMila Kunis qui y est une nouvelle fois superbe et exceptionnellement drôle. Son personnage Audrey, découvre que son petit ami qui l’a larguée par texto est en plus d’être un goujat un espion international. Elle l’ignorait cela jusqu’alors et se décide de ne pas sombrer et de se battre et d’en découvrir plus sur celui qui partageait sa vie. Après cette nouvelle choquante, Audrey se retrouve donc avec sa meilleure amie mêlée malgré elle à une course d’espions pour une mystérieuse clef USB qu’elle a hérité de son ex sans le savoir. Le scénario n’est certes pas original et novateur mais permet de donner vie à un buddy movie diablement efficace.

    Les spectateurs se retrouvent donc face à une suite de rebondissements, d’actions tout au long du film. Les deux amies doivent déposer la clef usb à Vienne mais sont recherchées partout et passent sans cesse aux infos, la CIA est à leurs trousses et elles ne sont pas préparées à l’espionnage même si elles s’en sortent difficilement mais avec brio. Du rythme, de l’humour, des scènes d’actions réussies et on se retrouve donc face à une comédie enlevée et parfaite pour passer un excellent moment au cinéma. On retrouve notamment au casting autour de Mila Kunis (Audrey), Kate McKinnon (Morgan), Justin Theroux (Drew), Gillian Anderson (Wendy), Sam Heughan (Sebastian), Hasan Minhaj (Duffer).

    Cerise sur ce gâteau goûteux, on découvre Kev Adams dans une courte scène où il est chauffeur Uber et on ne peut qu’aimer cette parenthèse rafraichissante et cette french touch. Ce comédien confirme une fois de plus qu’il sait être un bon acteur à condition d’avoir un bon scénario et surtout matière à créer un personnage intéressant.

    Le cadre du film est également splendide et un véritable travail a été fait sur la photographie de celui-ci. On y découvre de nombreuses villes du monde toutes mises en valeur et parfaitement filmées. L’humour qui n’est pas lourd mais est à point et parfaitement maitrisé fait que l’espion qui m’a larguée s’impose comme un film très réussi que nous conseillons vivement. 

    Vu le 1er aout 2018 à la Salle Metropolitan, en VO

  • 4