Logo
Accueil > Reviews > Ant-Man et la guepe

Ant-Man et la guepe

  • Ant-Man et la guepe
    Après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de La Guêpe afin de faire la lumière sur des secrets enfouis de longue date…

Critique de Mulder

  • «Ant-man et la guêpe repose sur le duo formé par Hope van Dyne et Scott Lang. Dans ANT-MAN déjà, il était évident que Hope était plus apte à devenir une super-héroïne que Scott, mais son père, trop affecté par la disparition de sa femme, l’en avait empêchée. Cette fois-ci pourtant, elle est bien décidée à s’imposer, ce qui modifie toute la dynamique de sa relation avec Scott. Ant-Man et la Guêpe vont devoir apprendre à travailler en équipe… et ce n’est pas gagné ! » - Kevin Feige

    Apparu pour la première fois dans le comics Marvel Tales to Astonish #27 en janvier 1962 en tant que Henry Pym, ce n’est que dans le numéro en septembre 1962 que le super-héros Ant-man a été présenté et conquis un large public. Après avoir présenté de nouveau dans la série d’animation Avengers : L'Équipe des super-héros et dans la saison 2 Avengers Rassemblement et la saison 3 d'Ultimate Spider-Man, il aura fallu attendre le douzième film de l’univers cinématographique Marvel pour qu’un film lui soit dédié en 2015 déjà réalisé par Peyton Reed (American Girls (2000), Bye By Love (2003) et Yes Man (2009)) avec dans les rôles principaux Paul Rudd (Scott Lang / Ant-Man), Michael Douglas (Henry « Hank » Pym) et Evangeline Lilly (Hope van Dyne / La Guêpe). Ce n’est que dans la dernière scène de ce premier film que l’on découvrit le costume de la guêpe.

    Ce second volet nettement plus élaboré que le film et dont l’action débute dans un pré générique d’une efficacité redoutable n’a rien à envier à l’excellent Avengers : Infinity War. Au contraire, il dose à la perfection film d’action, comédie romantique et film de truands rappelant par certains côtés l’œuvre d’Elmore Leonard.par sa manière de présenter des personnages excentriques et parfaitement campés. En situant l’action après Captain America : Civil War, on comprend mieux l’absence d’Ant-man dans le dernier film Avengers et surtout les effets négatifs d’être un super-héros et devoir en supporter les conséquences. En cela, Ant-man et la guêpe n’est pas qu’un simple film de super héros mais surtout une comédie romantique rythmée par la recherche de l’amour que cela soit Henry « Hank » Pym qui compte retrouver Janet van Dyne ou Scott Lang reconquérir la sublime fille de ce dernier.

    Scénarisé par une véritable équipe de scénaristes passionnés Chris McKenna, Erik Sommers, Andrew Barrer, Gabriel Ferrari et épaulé par le comédien Paul Rudd, Ant-man et la guêpe réussit à nous surprendre en permanence, à être une comédie irrésistible ponctuée par des courses poursuites parfaitement amenées. On appréciera aussi le fait d’avoir un ennemi original qui prend la forme d’une femme victime elle-même d’une expérience scientifique qui a mal tourné. Les scénaristes ont également réussi parfaitement à doser le duo irrésistible composé par Paul Rudd et Evangeline Lilly. Ce second volet donne enfin de l’importance à une super héroïne (en attendant Captain Marvel en mars 2019) et l’impose dans les meilleures scènes d’action de combat du film. Le charme irrésistible d’Evangeline Lilly donne à Ant-man et la guêpe une dimension féminine fascinante et une véritable originalité. Loin d’être des super-héros toujours prêts pour sauver des innocents, Ant-man est d’abord un ancien cambrioleur qui tient à faire en sorte que sa fille soit fière de lui. En jonglant ainsi sur plusieurs genres, ce nouveau film des studios Marvel s’impose aisément comme l’un des meilleurs blockbusters de cette saison estivale.

    La grande richesse d’Ant-man et la guêpe est également d’introduire de nouveaux personnages que nous sommes susceptibles de revoir dans d’autres films comme Bill Foster (Goliath) interprété par Laurence Fishburne mais aussi Ghost (Hannah John-Kamen) et surtout Janet van Dyne enfin sauvée et de retour dans notre dimension (incarnée à la perfection par Michelle Pfeiffer. On retrouve également les nombreux seconds rôles du premier film comme Paxton (Bobby Cannavale), Luis (Michael Peña), Maggie Lang (Judy Greet) et Cassie (Abby Ryder Fortson). La richesse des personnages ainsi que le soin apporter à la construction de film l’impose aisément comme l’un des meilleurs films Marvel et ne démontre aucun signe d’essoufflement dans cet univers cinématographique Marvel. Au contraire en mettant en place de nouveaux personnages, en gardant une véritable continuité entre les deux films, les spectateurs ne peuvent que se prendre d’affection pour Ant-man.

    Une autre des grandes qualités d’Antman et la guêpe est de soigner la photographie du film et surtout de mettre enfin à l’honneur la superbe ville de San Francisco que cela soit la Coit tower, Fisherman's Wharf, et Lombard Street dans un magnifique plan parfaitement amené. Cette superbe ville des Etats-Unis trouve enfin son meilleur ambassadeur dans un film des studios Marvel à voir et revoir. On vous conseille à ce titre de le découvrir en IMAX dès le 18 juillet. Surtout rester jusqu’à la fin du générique car celui-ci contient deux scènes très réussies qui marqueront votre mémoire longtemps.

    Vu le 28 juin 2018 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1, en VO

  • 5