Logo
Accueil > Reviews > Come as you are

Come as you are

  • Come as you are
    Pennsylvanie, 1993. Bienvenue à God’s Promise, établissement isolé au cœur des Rocheuses. Cameron, vient d’y poser ses valises. La voilà, comme ses camarades, livrée à Mme. Marsh qui s’est donnée pour mission de remettre ces âmes perdues dans le droit chemin. La faute de Cameron : S’être laissée griser par ses sentiments naissants pour une autre fille, son amie Coley. Parmi les pensionnaires, il y a Mark l’introverti ou Jane la grande gueule. Tous partagent cette même fêlure, ce désir ardent de pouvoir aimer qui ils veulent. Si personne ne veut les accepter tels qu’ils sont, il leur faut agir...

Critique de Mulder

  • Dans le cadre du Champs-Elysées film Festival nous avons eu l’occasion de découvrir le second film co-écrit et réalisé par Desiree Akhavan (Appropriate Behavior (2014)). En adaptant le roman homonyme d'Emily Danforth, Come as you are (The Miseducation of Cameron Post) nous livre le portrait d’une jeune américaine sacrifiée et embrigadée dans un conformisme redoubtable. En nous replongeant dans les années 90, nous découvrons la jeune Cameron Post dont le seul crime est d’être tombée amoureuse d’une personne du même sexe. Condamnée par une Amérique qui ne tient compte que de la bible comme ligne de conduite, elle sera amenée dans un centre pour jeunes adolescents ayant eu également des sentiments homosexuels que cela soit de jeunes adolescents ou des jeunes filles. Dirigée de main de faire par la terrible Mme Marsh, Cameron ne pourra compter que sur ses amies Jane Fonda et Adam Red Eagle pour contrer cette gouvernante jugeant que l’homosexualité est une déviance et qu’elle ne peut être corrigée qu’en étant plus proche de la Bible et avoir une vie saine loin de toute technologie et moyen de communication.

    On comprend aisément que Come As you are ait obtenu le Grand prix du public du festival de Sundance 2018 tant tout ici sonne à la perfection, que cela soit un scénario amenant les spectateurs à avoir une plus large ouverture d’esprit et lutter contre ses préjugés stupides et un conformisme puéril, une mise en scène inspirée mais surtout la présence de deux jeunes comédiennes que nous apprécions Chloë Grace Moretz (Cameron Post) et Sasha Lane (Jane Fonda) (American honey (2016) et prochainement le reboot Hellboy). Habituée à être présente dans des films marquants (Amytiville (2005), 500 jours ensemble (2009), Kick-Ass 1&2 (2010-2013), Hugo Cabret (2011), Equalizer (2014) et La Cinquième vague (2016) notamment), cette jeune comédienne a pu s’imposer comme l’une des meilleures de sa jeune génération et semble actuellement préférée des productions moins hollywoodiennes et sortir de rôles trop enfantins pour s’imposer comme une véritable comédiennes.

    On comprend donc aisément sa présence dans les films November criminals (2017), Brain on Fire et prochainement Suspira (2018). Come as you are permet donc de la découvrir dans une rôle plus adulte et surtout de témoigner une fois de plus qu’elle possède l’étoffe des plus grandes comédiennes actuelles. Capable de s’abandonner à la réalisatrice et à aborder des scènes plus difficiles comme celle de la voiture au début du film ou celle de la cuisine dans laquelle elle chante, Chloë Grace Moretz n’a rien perdu de son charme et de sa présence électrique. La réussite du film lui revient en partie mais également d’un casting ambitieux et original qui confirme que Sasha Lane est une comédienne dont la carrière est à suivre de près.

    Come as you are montre une nouvelle fois que le cinéma américain indépendant préfère s’éloigner de ces films hollywoodiens artificiels créés pour plaire au plus grand nombre quitte à oublier que le cinéma n’est pas qu’un simple divertissement, c’est également un moyen important d’aborder des thématiques importantes comme l’homosexualité, la place de la religion et les dangers qui en découlent. Le film perpétue l’image d’un cinéma de qualité, un film indépendant que le festival de Sundance aime défendre et diffuser. Desiree Akhavan livre donc un film important, un film coup de poing marqué par la présence de la toujours aussi séduisante Chloë Grace Moretz

    Vu le 18 juin 2018 au Publicis Cinémas, Salle 1, en VO

     

  • 5