Logo
Accueil > Reviews > Indestructibles 2 (Les)

Indestructibles 2 (Les)

  • Indestructibles 2 (Les)
    Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Critique de Mulder

  • Découvrir un nouveau long métrage d’animation de Pixar Animation studios revient à retrouver son âme d’enfant. On s’émerveille devant la richesse d’un scénario parfaitement calibré, on s’attendrit devant bébé Jack-Jack et surtout on passe un excellent moment divertissant. Loin de chercher à se conforter sur ses acquis, Pixar Animation studios recherche constamment à innover, à rendre encore plus réel et harmonieux leurs créations artistiques. Fondée en 1986 par Steve Jobs, Edwin Catmull et Alvy Ray Smith, Pixar a remporté plus de vingt-deux Oscars, quatre Golden Globes et trois Grammy Awards et n’a de cesse de révolutionner le monde de l’animation actuelle.

    Loin d’être un simple ènième film de super-héros Les Indestructibles 2 est plutôt un film sur notre société actuelle : la famille, l’adolescence, notre place et rôle dans la société. Indestructibles 2 inverse avec une certaine ironie les rôles préétablis, c’est en effet la mère de famille (Helen Parr) qui se voit attribuer la fonction importante de rétablir l’importance et la place des super-héros dans notre société après que ceux-ci ont été interdits d’agir suite aux nombreuses destructions causées par leurs actions tandis que son mari Bob Parr est relayé de super-héros à homme de foyer. Ce dernier se voit donc comme mission d’élever leurs enfants, de les aider dans leurs programmes scolaires mais surtout de veilleur sur le véritable héros du film, le génialissime bébé Jack-Jack . Dès que celui-ci apparait à l’écran, on est captivé car il nous rappelle notre enfance à découvrir des dessins-animés de Tex Avery ayant une perfection aussi bien sur l’animation que sur des histoires et des idées percutantes. Les nombreux pouvoirs de ce bébé hors norme font du film Les Indestructibles 2 le film d’animation de l’année. On passe ainsi de scènes spectaculaires, courses-poursuite à des moments plus tendres avec un rythme effréné.

    Le film est également un moyen de rendre hommage aux polars des années 50 et 70, et surtout aux grands films d’espionnage. On retrouve ainsi la même équipe que pour le premier film sorti en 2004 soit au scénario et à la réalisation Brad Bird (il donne de nouveau sa voix à Edna Mode) mais aussi en version originale les voix de Craig T. Nelson (Robert Parr / Mr. Incredible), Holly Hunter (Helen Parr / Elastigirl), Sarah Vowell (Violet Parr), Samuel L. Jackson (Lucius Best / Frozone), John Ratzenberger (Le Démolisseur). De la même manière Michael Giacchino est de nouveau présent au poste de compositeur de la musique de ce film. Ces retrouvailles plus de quatorze ans après sont étincelantes et on retrouve intact le même plaisir pris lors de la découverte du premier volet. Le film reprend donc à la fin du premier et prolonge intelligemment l’histoire contée dans le premier opus tout en mettant en avant l’importance pour un super-héros d’avoir un excellent agent de communication. Dès son chef-d’œuvre Le Géant de fer (2004) salué par la presse malgré un succès public mitigé, à ses deux films live Mission impossible : Protocole Fantôme (2011), À la poursuite de demain (2015), chacun des films de Brad Bird nous ensorcelle, nous passionne et témoigne du savoir-faire indéniable de l’un des plus grands scénaristes-réalisateurs actuels. Ce n’est donc pas un hasard si encore récemment Steven Spielberg lui rendait hommage à travers Ready Player One en montrant le robot géant de son premier film.

    Il est également intéressant de voir que le réalisateur et scénariste attache un véritable plaisir à brouiller les pistes au niveau de l’intrigue non seulement en mélangeant les genres mais surtout à faire du grand méchant du film un hypnotiseur redoutable qui souhaite anéantir les super-héros et surtout contrôler le monde. Un tel personnage renvoie aux fameux ennemis de James Bond, des êtres démoniaques qui utilisent leur argent pour imposer leur voix. De la même manière, on appréciera ici de voir apparaitre de nouveaux super-héros que cela soit Brick (un homme ultra-musclé et intrépide), Reflux (un retraité capable de cracher de la lave en fusion), Vortex (une jeune héroïne capable de créer des vortex). Un tel bestiaire de super-héros n’est pas sans rappeler les nombreuses équipes de super héros comme Avengers et autres X-men.

    Les décors au look « rétro-futuristes » reviennent à montrer l'avenir tel qu'il était imaginé dans les années 1960. Ce look nous rappelle par certains côtés l’univers de la série d’animation de Batman de Bruce Timm et Paul Dini mais surtout donne au film un véritable charme. On reconnait ici toute l’ingéniosité de Pixar de chercher non seulement à donner à chacun de leurs films un véritable trait de caractère. Entre scène de courses poursuites en moto, d’affrontements aussi bien sur la mer que sur terre, Les Indestructibles 2 révèle une nouvelle fois tout le génie de Bard Bird.

    Le grand soin apporté aussi bien à l’animation somptueuse mais aussi à trouver le parfait équilibre entre scènes d’action spectaculaires et l’envers du décor d’être un super héros fait de de Indestructibles 2 une réussite majeure et le plus adulte des films Pixar à ce jour. Indestructibles 2 s’impose donc comme le mixte parfait entre le film d’espionnage, le polar et le film de super héros. Le film d’animation de cette année à voir et revoir dans les meilleures conditions possibles.

    On appréciera enfin le grand soin apporté aux choix des voix françaises avec notamment Gérard Lanvin (Bob Parr), Amanda Lear (Edna Mode), Thierry Desroses (Lucius Best / Frozone) et surtout Louane Emera. Après Sahara (2017), c’est ainsi la deuxième fois qu’elle prête sa voix dans un film d’animation et nous avons hâte de découvrir maintenant la version française.

    Vu le 5 juin 2018 au siège de The Walt Disney Company France en VO

  • 5