Logo
Accueil > Reviews > Malédiction Winchester (La)

Malédiction Winchester (La)

  • Malédiction Winchester (La)
    Proche de San Francisco se situe la maison la plus hantée au monde : construite par Sarah Winchester, riche héritière de l’entreprise d’armes Winchester, elle est en perpétuelle construction et contient des centaines de pièces. Sarah y construit une prison, un asile pour les centaines d’esprits vengeurs tués par ses armes, et le plus terrifiant d’entre eux veut en découdre avec sa famille…

Critique de Mulder

  • La thématique de maison hantée est une des récurrentes du cinéma horrifique et fantastique. Avec plus ou moins de succès de nombreux films ont tenté d’apporter leur pierre à cet édifice et de trouver la juste approche pour s’imposer comme des réussites de ce genre. On retiendra ainsi parmi les chefs d’œuvres immuables Amityville, la maison du diable (1979), Shining (1980), Poltergeist (1982), Sinister (2012), Conjuring (2013) et plus récemment Dans le noir (2016),

    La malédiction Winchester ne rejoindra malheureusement pas cette liste par ses nombreuses défaillances tant au niveau du scénario manquant cruellement de rebondissements mais surtout par sa manière de proposer un film de genre sans réelle originalité ni en important une approche différente. Certes comme Amityville, le scénario co-écrit par les deux frères réalisateurs Peter et Michael Sierig et Tom Vaughan s’inspire de faits réels mais on aurait préféré un rythme plus soutenu et surtout des personnages plus attachants.

    Certes la présence des deux excellents comédiens Hel Miren (Sarah Winchester) et Jason Clarke (Dr Eric Price) apporte au film une certaine caution de qualité mais malheureusement leur présence ne suffit pas à combler un scénario trop linéaire et une mise en scène trop académique. Pourtant les films précédents des frères Spierig Undead (2003), Daybreakers (2009), Predestination (2017) nous avaient conquis tandis que leur précédent Jigsaw (2017) n’était qu’un film de commande pour relancer une saga horrifique moribonde. Malheureusement, leur approche ici de la thématique de la maison hantée semble être une simple application du schéma de celles des années 70 voire ceux de la période de la Hammer qui avaient su redonner un nouveau souffle au cinéma fantastique.

    Winchester ne démérite pas pour autant malgré ses faiblesse car il permet de proposer un film fantastique classique avec quelques effets réussis et surtout à nous donner envie de revoir les classiques du genre et de comprendre en quoi les deux réalisateurs si ils avaient choisi un bon angle d’approche et une mise en scène plus ambitieuse auraient pu donner naissance à un classique du cinéma horrifique. La véritable histoire de cette maison jugée comme étant réellement hantée aurait pu donner vie à un bopic passionnant et aurait permis d’aborder aussi l’histoire de la famille Winchester. Dans le cas présent, il ne s’agit que d’un film d’horreur sans réelle originalité et se laissant voir certes mais aussitôt oublié.

    Vu le 20 avril 2018 en lien presse

  • 2.5