Logo
Accueil > Reviews > Comme des garcons

Comme des garcons

  • Comme des garcons
    Reims, 1969. Paul Coutard, séducteur invétéré et journaliste sportif au quotidien Le Champenois, décide d’organiser un match de football féminin pour défier son directeur lors de la kermesse annuelle du journal. Sa meilleure ennemie, Emmanuelle Bruno, secrétaire de direction, se retrouve obligée de l’assister. Sans le savoir, ils vont se lancer ensemble dans la création de la première équipe féminine de football de France.

Critique de Mulder

  • Le cinéma ne doit pas être qu’un simple divertissement mais également un média rappelant aux spectateurs l’importance de défendre des causes justes et surtout d’avoir un véritable regard sur notre passé. Impossible de ne pas voir dans le premier film co-scénarisé et réalisé par Julien Hallard un film social et féministe clairement revendiqué et surtout un moyen de témoigner d’une époque pas si ancienne dans laquelle les femmes n’avaient pas les mêmes droits que les hommes (pour jouer au football dans une équipe par exemple elle devait avoir l’autorisation de leur mari). Cela est totalement injuste car une société sans une touche féminine serait clairement imparfaite et inhumaine. On ne peut donc que défendre ce film parfaitement mené dans lequel le scénario rend enfin honneur aux femmes et surtout livre une vision du monde sportif guère honorable dans lequel les hommes se permettent de régenter celui-ci et le faire à leur image.

    Trouvant sa source dans des faits réels, cette constitution de la première équipe de football féminine nous touche par son casting parfait et des personnages profondément humains. Loin de chercher à faire rire constamment, le scénario préfère nous montrer un portrait universel de femmes, qu’elles soient courageuses, bosseuses, garçons manquées ou femmes au foyer, cette équipe de footballeuses est un véritable hymne à la femme que nous ne pouvons que défendre. Le scénario judicieusement écrit nous présente donc un journaliste séducteur, Paul Coutard, incapable de construire un véritable foyer et passant de femmes en femmes. Pourtant lorsque son patron décide de le recadrer par son attitude guère irréprochable et lui demande d’aider son assistante, Emmanuelle Bruno, à organiser une kermesse. Cette dernière soumet l’idée de créer une équipe de football féminine comme cela existe déjà dans d’autres pays.

    Commence ainsi pour Paul Coutard et Emmanuelle Bruno un recrutement qui leur permettra de rencontrer plusieurs femmes aux caractères différents et plus ou moins intéressées pour intégrer une équipe de football. De match en match, un véritable esprit sportif se créé dans cette équipe et des liens vont se nouer entre cet entraineur et ses joueuses. Le succès que cette équipe rencontre amènera Paul Coutard à vouloir obtenir une vraie licence sportive et ainsi faire du football féminin un sport reconnu.

    Alors que l’on pouvait s’attendre à une simple comédie rendant hommage également à la fin des années soixante, on se retrouve finalement avec une comédie sociale et féministe parfaitement maitrisée et donnant enfin à des comédiennes des rôles importants. Aux côtés de Max Boublil (Paul Coutard), on retrouve ainsi dans les rôles féminins principaux Vanessa Guide (Emmanuelle Bruno), Solène Rigot (Corine Fricoteau), Carole Franck (Raymonde Deuquet), Delphine Baril (Francine Marchand), Zoé Héran (Annie Leroy), Julie Moulier (Béatrice Bergeron), Sarah Suco (Nicole Waquelin), Mona Walravens (Jeanne Simon ) et dans un second rôle masculin, celui de l’ami de l’entraineur sportif Bruno Lochet (Alain Lambert). Irrésistible comme cette équipe féminine, Comme des garçons a toute ses chances de rencontrer son public même si le film sort le même jour que le très attendu Avengers Infinity War. En tout cas, on vous le conseille et ce film s’impose comme l’un de nos grands coups de cœur de ce mois d’avril.

    Vu le 19 avril 2018 à l’UGC Ciné-cité Bercy, salle 15
    Note 5/5

  • 5