Logo
Accueil > Reviews > La passion Van Gogh

La passion Van Gogh

  • La passion Van Gogh
    Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo. En effet, la nouvelle du suicide du peintre vient de tomber. Armand, peu enchanté par l’amitié entre son père et l’artiste, n’est pas franchement ravi par sa mission. À Paris, le frère de Van Gogh est introuvable. Le jeune homme apprend alors par Père Tanguy, le marchand de couleurs du peintre, que Theo, visiblement anéanti par la disparition de son frère aîné, ne lui a survécu que quelques mois. Comprenant qu’il a sans doute mal jugé Vincent, Armand se rend à Auvers-sur-Oise, où le peintre a passé ses derniers mois, pour essayer de comprendre son geste désespéré. En interrogeant ceux qui ont connu l’artiste, il découvre combien sa vie a été surprenante et passionnée. Et que sa vie conserve une grande part de mystère.

Critique de Mulder

  • Rares sont les films d’animation aussi novateurs que La Passion Van Gogh. En s’imposant comme le premier long métrage entièrement peint à la main, celui-ci marque également une collaboration réussie entre la Pologne et le Royaume-Uni et rend un hommage vibrant à l’un des plus grands peintres. Ecrit et réalisé par Dorota Kobiela et Hugh Welchman, ce film contient 62 450 plans résultant d’une huile peinte à la main par quatre-vingt-dix artistes du monde entier professionnels conviés à participer à ce projet innovateurs aux studios Loving Vincent, situés en Pologne et en Grèce. On compte ainsi 377 tableaux peints pendant la phase de préparation et les 1009 prises de vues du film se composent de 62 450 plans.

    L’intrigue se déroulant en 1891 et plutôt simpliste met en valeur Paris le personnage d’Armand Roulin qui est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo. Cependant à Paris, le frère de Van Gogh est introuvable et Armand apprend que celui-ci est également mort. Afin de mieux comprendre les évènements Armand décide de mener sa propre enquête à Auvers-sur-Oise, ville dans laquelle le peinte a passé ses derniers mois. Le film illustre également la thèse que Vincent Van Gogh ne s’est pas suicidé mais a été assassiné.

    Autant passionnant par sa forme que par son histoire, La passion Van Gogh s’impose comme une réussite totale et mérite amplement d’être découvert en vidéo après une sortie passée assez inaperçue. En utilisant plus de cent vingt-cinq toiles marquantes de l’un des plus illustres des peintes, le film nous propose de mieux comprendre ce passionnant artiste. On comprend aisément que ce film a obtenu le prix du public l’année dernière au festival du film d’animation d’Annecy. On reprochera seulement que le doublage ne soit pas à la hauteur de la beauté de ces nombreux plans qui composent ce film.

    Vu le 10 mars 2018 en DVD

  • 4