Logo
Accueil > Reviews > Red Sparrow

Red Sparrow

  • Red Sparrow
    Une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après une chute, est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à utiliser ses charmes et son corps comme des armes, elle découvre l’ampleur de son nouveau pouvoir et devient rapidement l’un de leurs meilleurs agents. Sa première cible est un agent infiltré de la CIA en Russie. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe entre eux.

Critique de Mulder

  • Le nouveau film de Francis Lawrence réussit à retrouver tout le charme des grands films d’espionnage des années 70 et surtout témoigne que l’association entre la comédienne Jennifer Lawrence et celui-ci est parfaitement fonctionnelle. En effet après Hunger Games: L'embrasement (2013), Hunger Games: La révolte - 1ère partie (2014) et Hunger Games: La révolte - 2ème partie (2015), l’une des meilleures comédiennes actuelles trouve enfin un rôle parfait pour témoigner d’une grâce innée et surtout d’une présence scénique importante. En adaptant le roman de Jason Matthews (ancien agent de la CIA) le scénariste Justin Haythe réussit à créer une véritable ambiance paranoïaque dans laquelle chacun des protagonistes semble jouer un double rôle.

    Impossible de ne pas penser non plus en découvrant ce film au film Nikita de Luc Besson dans lequel l’héroine doit être capable d’utiliser toutes les armes possibles y compris son corps pour arriver au bout de missions dangereuses dans laquelle la mort est omniprésente. De son passé de danseuse arrêtée brusquement à son entrainement pour devenir une espionne dans une maison dirigée de main de maitre par le Général Korchnoi et Matron, tout semble prédestiné la jeune Dominika Egorova (Parfaite Jennifer Lawrence) à devoir trouver son propre camps et à constamment jongler entre son amour avec l’agent de la CIA Nate Nash et son oncle Ivan Egorov.

    Dès son premier film Constantine (2005), le réalisateur Francis Lawrence a su imposer son propre style visuel et même si la saga Hunger games ne nous a pas totalement convaincu, il faut reconnaitre que Red Sparrow réussit à capter toute notre attention notamment par son scénario complexe prétexte à de nombreux rebondissements mais aussi par une véritable direction de comédiens et un casting somptueux dans lequel on retrouve autour de Jennifer Lawrence, Joel Edgerton (Nate Nash), Matthias Schoenaerts (Ivan Egorov), Charlotte Rampling (Matron), Mary-Louise Parker (Stephanie Boucher), Jeremy Irons (Général Korchnoi).

    Red Sparrow n’est malheureusement pas exempt de défauts comme ce rythme trop lent et cette volonté de livrer un film d’espionnage de manière trop réaliste et trop esthétiquement classique. On préférera de loin Atomic Blonde surtout que Charlize Theron a nettement plus de présence à l’écran et se révèle parfaite dans les scènes d’action. Autant Jennifer Lawrence semble nettement plus à l’aise dans les scènes dramatiques et sensuelles alors qu’elle manque cruellement de force dans les quelques scènes d’action qui aurait mérité un montage plus court, plus rythmé.

    Vu le 5 avril 2018 au Gaumont Disney Village, Salle 16, en VF

     

  • 3