Logo
Accueil > Reviews > L'ile aux chiens

L'ile aux chiens

  • L'ile aux chiens
    En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville.

Critique de Mulder

  • L'Île aux chiens (Isle of Dogs) est le neuvième film américain écrit et réalisé par Wes Anderson après Bottle Rocket (1996), Rushmore (1998), La Famille Tenenbaum (The Royal Tenenbaums) (2001), La Vie aquatique (The Life Aquatic with Steve Zissou) (2004), À bord du Darjeeling Limited (The Darjeeling Limited) (2007), Fantastic Mr. Fox (2010) (premier film d’animation du réalisateur), Moonrise Kingdom (2012), The Grand Budapest Hotel (2014). On y retrouve une nouvelle fois la patte d’un réalisateur audacieux et incontournable du cinéma américain indépendant actuel. Découvrir un nouveau film de Wes Anderson revient à voir un film atypique qui ne ressemble à rien d’autre existant, une expérience aussi bien visuelle que sonore qui plonge les spectateurs dans un univers aussi étrange qu’intriguant.

    L’île aux chiens nous projette donc dans un avenir pas si lointain dans lequel le Japon est en proie à un virus de la grippe canine. Celle-ci amène le maire de la ville de Megasaki à signer un décret bannissant tous les chiens sur Trash Island. Le premier chien à être banni est celui du neveu orphelin et pupille du maire, Atari Kobayashi du nom de Spots. Plus de six mois après, Atari décide de s’enfuir de chez lui, de voler un avion et de se diriger vers Trash island pour récupérer son chien Spots. Ainsi commence un film d’animation complexe, aussi original que prenant.

    Impossible de ne pas voir dans ce film un vibrant hommage au cinéma japonais mais aussi au meilleur ami de l’homme, le chien. Derrière ce film à l’humour déjanté et à cette aventure autour d’une société canine, le réalisateur nos livre un message social important nettement plus corrosif qu’il n’y parait. Une fois de plus le réalisateur nous livre après Fantastic Mr Fox un film d’animation différent nettement plus tourné vers des spectateurs adultes que des enfants par la complexité de son récit et le ton décalé et surprenant du récit.

    Une fois de plus le réalisateur et scénariste s’est entouré d’un casting exceptionnel dans lequel on retrouve au poste de compositeur Alexandre Desplat et dans le casting vocal original Koyo Rankin (Atari Kobayashi), Bryan Cranston (Chief), Edward Norton (Rex), Bob Balaban (King), Bill Murray (Boss), Jeff Goldblum (Duke), F. Murray Abraham (Jupiter), Liev Schreiber (Spots), Tilda Swinton (Oracle), Scarlett Johansson (Nutmeg), Greta Gerwig (Tracy Walker), Frances McDormand (Interpreter Nelson). La version vocale française n’est pas en reste avec Vincent Lindon (Chief), Romain Duris (Rex), Yvan Attal (King), Hippolyte Girardot (Boss), Mathieu Amalric (Duke), Louis Garrel (Spots), Léa Seydoux (Nutmeg), Greta Gerwig (Tracy Walker), Isabelle Huppert (Interprète Nelson), Nicolas Saada (Scrap). Wes Anderson a réussi à se créer un véritable réseau de comédiens fidèles qu’il retrouve ainsi dans de nombreux de ses films.

    Après avoir ouvert la Berlinale 2018 Wes Anderson y a remporté l'Ours d'argent du meilleur réalisateur., L’ile aux chiens sortira au cinéma en France le 11 avril prochain et nous ne pouvons que vous conseiller de découvrir ce film inoubliable . On tient également à remercier le club 300 de nous avoir permis de voir ce film dans d’excellentes conditions le 21 mars dernier..

    Vu le 21 mars 2018 forum des halles salle 500, en VO

  • 5