Logo
Accueil > Reviews > Le secret des MarrowBone

Le secret des MarrowBone

  • Le secret des MarrowBone
    Pour ne pas être séparés, Jack, 20 ans, et ses frères et sœurs plus jeunes, décident de cacher à tout le monde le décès de leur mère qui les élevait seule. Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans la ferme familiale isolée, mais bientôt, d’étranges phénomènes indiqueraient qu’une présence malveillante hante leur unique refuge…

Critique de Mulder

  • Nous sommes rarement surpris actuellement en découvrant des films de genre tant ceux-ci semblent vouloir reposer uniquement sur des règles préétablies et se contenter de livrer aux spectateurs leurs doses d’effroi, de sang et d’ambiance macabre. Pourtant, il arrive de découvrir un premier film qui aurait pu passer inaperçu tant sa bande annonce énigmatique ne définit pas clairement si il s’agit d’un thriller, d’un énième film d’horreur (genre dans lequel excelle le cinéma espagnol). Le secret des Marrowbone réussit pourtant l’exploit de nous fasciner, de nous faire réellement peur et surtout de livrer une des plus belles fins d’un film de genre vu récemment.

    Dès les premières images montrant une mère de famille arriver dans une maison isolée en pleine campagne, on se doute que quelque chose cloche et on se demande si le film que nous allons découvrir est un film d’horreur, un thriller ou un film familial avec des enfants comme héros. Le secret des Marrowbone est un peu le mélange des trois et surtout montre qu’il est encore possible de proposer des films de genre de qualité avec certes des moyens que nous sentons réduits (une maison isolée, une bibliothèque, une rue isolée..). Tout concourt dans le film à créer une véritable immersion entre rêve et réalité dans laquelle suite au décès de leur mère le plus jeune des enfants va devoir élever ses frères et sœurs.

    Le réalisateur Sergio G. Sánchez,propose ainsi son premier film après une carrière en qualité de scénariste de nombreux films qui ont marqué nos mémoires (L’orphelinat (2007), The Impossible (2012)..). On reconnait ainsi l’ambiance de son scénario écrit spécialement pour le réalisateur J.A. Bayona (réalisateur du très attendu Jurassic World : The fallen Kingdom) L’orphelinat qui a obtenu une très belle carrière internationale et qui fut récompensé notamment du Goya du meilleur scénario. Une nouvelle fois, le scénario du film le secret des Marriowbone est particulièrement soigné et joue constamment sur les nerfs des spectateurs et arrive souvent à les étonner. En découvrant ce film, impossible de ne pas penser à des films comme Sixième sens (2000) de M. Night Shyamalan ou Les autres (2001) d’Alejandro Amenabar. Le réalisateur s’est également parfaitement entouré et la photographie du film signée par Xavi Gimenez est particulièrement soignée.

    Si Le secret des Marrowbone se révèle être d’une efficacité redoutable c’est également grâce à son casting principal composé de jeunes comédiens. On retrouve ainsi dans les rôles majeurs du film Anya Taylor-Joy (Allie), George MacKay (Jack), Mia Goth (Jane), Charlie Heaton (Billy), Matthew Stagg (Sam) et Kyle Soller (Tom Porter). Alors que la série Stranger Things triomphe dans le monde entier avec comme héros des jeunes enfants, ce film poursuit dans le même sens et rend ainsi hommage aux années 80 par sa volonté d’éviter tous les effets inutiles et se concentrer totalement sur le jeu des comédiens et sur une intrigue aux multiples rebondissements.

    La musique occupe également une part importante dans la création d’une ambiance envoutante et angoissante. Signée par le compositeur Fernando Velazquez (Quelques minutes après minuit (2016), Crimson peak (2015), Mama (2013), The impossible (2012), Devil (2010), L’orphelinat (2007)..) elle apporte au film une dimension fragile et en totale adéquation avec le scénario.

    Certes le secret des Marrowbone n’est pas exempt de défauts et on aurait aimé un rythme un peu plus rapide et surtout une présence plus importante du père de famille dans le récit. Reste que pour un premier film le résultat est une réussite irréfutable et on attend avec impatience de découvrir le prochain film (ou scénario) de Sergio G. Sanchez.

    Vu le 30 janvier 2018 à la Salle Metropolitan, en VO

     

  • 4