Logo
Accueil > Reviews > Cro Man

Cro Man

  • Cro Man
    Préhistoire, quand les dinosaures et les mammouths parcouraient encore la terre. L’histoire d'un homme des cavernes courageux, Doug, et de son meilleur ami Crochon, qui s’unissent pour sauver leur tribu d’un puissant ennemi.

Critique de Mulder

  • Le Studio Aardman ne cesse de nous étonner que cela soit par la nature de leurs projets ou cette volonté de tenir tête à l’hégémonie des studios hollywoodiens en terme d’animation. Alors que les dernières productions Disney et Pixar sont de véritables chef-d’œuvre et ont surtout retrouvé un nouveau souffle non seulement en imposant une animation virtuose mais aussi des scénarios témoignant d’une véritable richesse et d’une écriture parfaite, le studio Aardman continue à célébrer l’animation en stop-motion et en pâte à modeler comme ils l’ont toujours fait mais aussi en incorporant l’animation 3D dès 2006 avec Souris City. Impossible de ne pas voir dans le match opposant l’équipe des hommes de l’âge de pierre et ceux de l’âge de bronze une certaine manière de rendre hommage aux autres studios d’animation actuels et en montrant que peut encore triompher l’animation traditionnelle face à l’omniprésence de l’animation 3D. Ainsi après de nombreux films courts métrages d’animation (notamment la série culte des Wallace et Gromit) et plusieurs films d’animation (Chicken Run (2000), Wallace et Gromit : Le Mystère du lapin-garou (2005), Souris city (2006), Mission : Noël (2011), Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout (2012), Shaun le mouton (2015)), Cro Man (Early Man) est leur nouvelle création et témoigne encore du génie artistique de ce studio d’animation.

    Aux questions de savoir comment a été fondée notre société actuelle et surtout d’où provient l’origine du football, Cro Man tente d’apporter une réponse et surtout en faisant preuve de beaucoup d’humour l’importance pour l’homme de respecter son environnement quitte à préférer la chasse au lapin à celle des Mamouths préhistoriques. Dès la scène d’introduction, on reconnait tout le savoir-faire et l’humour irrésistible des studios Aardman. En effet une météorite s’écrase sur place elle fait disparaitre des dinosaures et un objet fait son apparition et devient un accessoire de jeu pour ces hommes de l’âge de pierre. Vivant en harmonie avec la nature, cette petite communauté vivant loin de la civilisation de l’âge de bronze se voit chasser de leur terre par celle-ci. Seul Dug et son fidèle animal de compagnie Hognob (un porc préhistorique) tiendront tête à ses envahisseurs et auront pour mission de transformer les habitants de leur village en véritables joueurs de football. Dug sera aidé pour cela par Mona une jeune femme passionnée de football qui rêve de rentrer dans l’arène disputer une partie..

    Cro Man avait toutes les chances de s’imposer comme le nouveau chef d’œuvre de Nick Park tant son nouveau film brassait différents sujets et l’animation toujours aussi parfaite aurait pu permettre aux spectateurs de découvrir une aventure rythmée, efficace et inédite. Pourtant le résultat certes réussi déçoit un tant soit peu car le scénario pourtant élément central de la réussite d’un film d’animation semble prendre aucun risque et donc castre d’une certaine manière l’ingéniosité de la mise en scène. Ainsi le scénario de Mark Burton, John O’Farrel et James Higginson est trop linéaire et surtout manque de la férocité qui se dégageait des films précédents. En se contentant de livrer simplement un bon film d’animation, le réalisateur Cro Man échoue où Pixar Animations réussit totalement c’est-à-dire en faisant preuve d’un rythme parfait et surtout de nombreux rebondissements. Les spectateurs ont en effet besoin d’être étonnés continuellement et non pas d’être servis copieusement mais sans âme et sans réelle surprise.

    Une nouvelle fois, Cro Man bénéficie d’un excellent casting vocal dans sa version originale et on retrouve ainsi dans les rôles principaux Eddie Redmayne (Dug), Maisie Williams (Mona), Tom Hiddleston (Lord Nooth), Richard Ayoade (Treebor), Timothy Spall (Chef Bobnar), Simon Greenall (Eemak), Gina Yashere (Gravelle), Mark Williams (Barry) et Nick Park dans le role de Hognob. La version française que nous avons pu découvrir n’est pas en reste avec dans les voix françaises Pierre Niney (Dug) et Kaycie Chase.

    On est heureux d’apprendre pendant le générique de fin que les dinosaures Ray et Harry (clin d’œil à Ray Harryhausen) n’ont pas été maltraités pendant le tournage. Certes on aurait aimé une scène post générique et un clin d’œil à Wallace et Gromit pour finir en toute beauté cette aventure préhistorique certes réussie mais que l’on aurait aimé plus originale et plus rythmée.

    Vu le 04 février 2018 au Gaumont Disney Village, Salle 2, place A19 en VF

  • 4