Logo
Accueil > Reviews > Sparring

Sparring

  • Sparring
    A plus de 40 ans, Steve Landry est un boxeur qui a perdu plus de combats qu’il n’en a gagnés. Avant de raccrocher les gants, il accepte une offre que beaucoup de boxeurs préfèrent refuser : devenir sparring partner d’un grand champion.

Critique de Mulder

  • “I see all the angry faces
    Afraid that could be you and me
    Talkin about what might have been
    I'm thinkin about what I used to be”
    No Easy Way out – Robert Tepper

    La boxe a souvent été mise en avant dans de nombreux films au cinéma et s’est imposée comme un genre à part dans lequel le héros devait non seulement vaincre ses propres démons mais surtout donner le meilleur de lui-même sur le ring. Impossible non plus de ne pas voir dans ce film une manière de triompher et de trouver sa place dans la société. A côté de la saga Rocky qui nous tient particulièrement à cœur et avec laquelle nous avons grandi, pris des coups en même temps que Rocky Balboa, certains autres films ont pu trouver aisément leur place dans le cœur des spectateurs comme Ragin Bull (Martin Scorsese, 1980), Ali (Michael Mann, 2002), Million Dollar Baby (Clint Eastwood, 2004), Fighter (David O’Russell, 2010), La Rage au ventre (Antoine Fuqa, 2015).

    Le premier film co-écrit et réalisé par Samuel Jouy réussit à apporter une vision intéressante du monde sportif de la boxe en donnant la vedette à un boxeur n’ayant guère de victoires à son palmarès et contraint de devenir un sparring partner d’un grand champion pour pouvoir vivre et subvenir aux besoins de sa famille. Loin de ces grands boxeurs qui ont maintes fois envahi nos écrans, Sparring lui préfère donner la parole à ceux qui sont passionnés de ce sport mains n’ont pas eu la chance d’avoir un bon entraineur ni la morphologie nécessaire pour s’imposer sur un ring. En voyant le personnage de Steve Landry boxer on se doute que sa technique ni son agilité ne peuvent contribuer à apporter matière pour gagner. Pourtant, celui-ci continue de match en match et après de nombreux chaos garde un véritable amour pour la boxe.

    Loin d’être un film sur la boxe uniquement, Sparring est plutôt un portrait passionnant sur un boxeur n’ayant jamais connu son heure de gloire et qui essaye de garder intact le respect de sa fille . Le scénario met ainsi en avant non seulement les états d’âme de ce personnage mais aussi son entrainement et sa raison profonde de continuer. Face à son échec professionnel, Steve Landry attache une réelle importance pour que sa fille puisse vivre sa passion pour le piano et est prêt à tous les sacrifices pour y arriver. On comprend également que passer de boxeur à sparring-partner ne doit pas être facile pour lui car il devient ainsi le partenaire de boxe d’un champion et encaisser les coups.

    Sparring doit sa réussite en partie à son comédien principal, Matthieu Kassovitz, une nouvelle fois parfait,il s’est totalement investi dans son rôle au point de monter lui-même sur le ring en qualité de boxeur afin de donner vie à son personnage de manière réaliste. Il est d’autant plus intéressant de voir que sa manière de boxer réellement a été ici revue pour faire de son personnage un boxeur sans réelle force juste bon à encaisser les coups. Les coups donnés sur le ring dans ce film sont de réels coups afin de donner un vrai réalisme à ces scènes. On retrouve aussi au casting Olivia Merilahti (Marion Landry), Souleymane M'Baye (Tarek M'Bareck), et Lyes Salem (Omar). Le film par son casting et surtout par son rythme est passionnant et mérite amplement d’être découvert.

    Vu le 22 février 2018 au Club de l’Etoile

  • 4