Logo
Accueil > Reviews > Hannah

Hannah

  • Hannah
    Hannah dresse le portrait intime d’une femme dont la vie bascule après l’arrestation de son mari. HANNAH explore les tourments intérieurs d’une femme qui vit dans le déni, piégée par sa propre idée de la fidélité et du dévouement, paralysée par son manque de confiance en elle et par ses dépendances. Le combat d’Hannah me touche profondément parce que je sais combien la société peut être impitoyable envers elle, ou peut-être aussi parce que je me reconnais en elle à certains égards. Ce dont je suis certain, c’est qu’avec ce film, je voulais me sentir proche d’elle, lui tenir la main, la valoriser, la rassurer. Et plus que tout, je voulais qu’on la voie vraiment, qu’on ressente son chagrin, qu’on observe le combat qu’elle doit mener seule pour exister.

Critique de Mulder

  • Après que la comédienne principale Charlotte Rampling ait remporté le prix de la meilleure actrice au Festival de Venise 2017 pour ce film, celui-ci sera enfin projeté dès ce mercredi 24 janvier dans nos salles de cinéma. Surprenant, envoutant, on retient surtout la puissance émotionnelle qui se dégage de cette grande comédienne qui habite littéralement son personnage.

    Tranchant littéralement avec le cinéma français actuel plutôt formaté et facile d’accès, il faudra se laisser envouter et suivre le parcours de cette femme blessée dans ces tourments intérieurs qui suite à l’arrestation de son mari se retrouve à devoir se reconstruire. Aider par des cours de théâtre qui l’aideront à trouver matière à ne pas se laisser déborder par un sentiment d’être aussi coupable des crimes de son mari. Coécrit et réalisé par Andrea Pallaoro (Medeas (2013)) son second film s’impose aisément par la force qui s’en dégage et par l’analyse clinique de notre société montrée ici comme impitoyable et capable de rejeter des personnes pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

    Hannah révèle un réalisateur aussi attaché à la forme de son film que de livrer une histoire différente et surtout donner vie à un personnage profondément humain et fragile. Ce portrait de femme est juste magnifique et inoubliable. Le cinéma d’auteur permet ainsi de livrer de grand film ayant réellement une âme et une histoire à raconter…

    Vu le 21 janvier 2018 au Club Marbeuf

  • 4