Logo
Accueil > Reviews > Wonder

Wonder

  • Wonder
    L'histoire de August Pullman, un petit garçon né avec une malformation du visage qui l'a empêché jusqu'à présent d'aller normalement à l'école. Aujourd'hui, il rentre en CM2 à l'école de son quartier. C'est le début d'une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d'esprit. L'aventure d'Auggie finira par unir les gens autour de lui.

Critique de Mulder

  • Rares sont les films vous affectant autant en les découvrant. Comment ne pas rester insensible en découvrant l’histoire de ce jeune enfant né avec une malformation du visage et surprotégé par ses parents qui l’entourent de leur amour et font tout leur possible pour qu’il ait une vie normale. Lorsque se rentrée en CM2 dans l’école de son quartier arrive, le jeune August Pullman devra non seulement faire face à la bêtise et indélicatesse de certains jeunes élèves mais aussi trouver sa place dans sa classe. Pour son deuxième film Stephen Chbosky après Le monde de Charlie (2012) réussit à aborder le thème de l’enfance avec une véritable sensibilité et sans recourir à des effets inutiles. Le scénario co-écrit par ce réalisateur épaulé par Steven Conrad et Jack Thorne adapte ainsi à la perfection le roman homonyme de R.J. Palacio paru en 2013.

    En découvrant ce film impossible de ne pas penser au film de Peter Bogdanovich Mask (1985) dans lequel on découvrait un jeune adolescent également défiguré de naissance et protégé par sa mère interprétée par la comédienne Cher. Ces deux films réussissent ainsi à nous émouvoir et à nous renvoyer une certaine conception de note société actuelle dans laquelle tout semble baser sur le physique au détriment de l’intellect. L’intelligence de ce film est de ne pas se positionner comme donneur de leçon mais surtout aborder avec un véritable soin la position des différents points de vue des personnages principaux notamment par un découpage du film par segment parfaitement amené.

    Le casting du film essentiellement composé de très jeunes comédiens permet également de donner des rôles importants à Julia Roberts et Owen Wilson dans le rôle des parents du jeune August et de sa grande sœur Via. Ceux-ci campent des parents affectés psychologiquement par les nombreux soucis rencontrés par leur enfant touché par une malformation l’empêchant d’avoir une vie normale. Wonder nous touche aussi par ses nombreux mélanges entre rêve et réalité de ce jeune héros extraordinaire qui malgré son handicap témoigne d’une véritable soif de vie et de maturité. En arrivant à transformer le monde qui l’entoure, il apparait ainsi comme un véritable symbole de générosité et de courage.

    Wonder s’impose aisément comme l’une des belles découvertes de cette fin d’année. On ne peut que vous encourager à le découvrir au cinéma dès ce mercredi 20 décembre. Un divertissement intelligent et façonné avec amour devrait être projeté dans les classes d’école et soutenu par tous.

    Vu le 28 novembre 2017 à la Salle Metropolitan, en VO

  • 4.5