Logo
Accueil > Reviews > Le sens de la fete…

Le sens de la fete…

  • Le sens de la fete…
    Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d'habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l'orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie... Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d'émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu'à l'aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Critique de Mulder

  • Pour leur sixième film et après Je préfère qu'on reste amis (2005), Nos jours heureux (2006), Tellement proches (2009), Intouchables (2011), Samba (2014), Le Sens de la fête s’impose comme l’un des plus intéressants et réussis de leur filmographie. Dans leur précédent film, la première scène montrait les difficultés de mettre en place un mariage et le travail nécessaire au niveau de l’organisation pour y arriver. De la même manière, on ressent aisément la volonté des deux réalisateurs de pouvoir travailler avec le comédien Jean-Pierre Bacri en lui proposant un rôle sur mesure d’organisateur de mariage et capable de gérer tout un personnel dévoué.

    De la même manière, face à un décor unique, les deux réalisateurs réussissent pourtant à éviter une mise en scène trop proche du théatre filmé et possèdent un véritable don pour retenir totalement l’intérêt des spectateurs tout au long du récit. Très inspirés, les nombreux excellents dialogues se suivent et montrent la volonté des deux réalisateurs à livrer un film parfaitement maitrisé telle une pièce montée figurant au dessert de nombreux mariages. Pour ce faire, on se doute qu’au niveau de l’écriture ils ont dû puiser dans leurs souvenirs non seulement personnels mais aussi cinématographiques. On pense ainsi au film de Claude Sautet Garçon ! (1983) mais aussi à bon nombre d’autres films.

    Tourné principalement en Seine et Marne au château de Courances, ce film bénéficie d’un cadre idyllique et surtout d’un excellent casting dans lequel on retrouve Jean-Pierre Bacri (Max), Gilles Lellouche (James), Eye Haidara (Adèle), Jean-Paul Rouve (Guy), Vincent Macaigne (Julien), Alban Ivanov (Samy), Benjamin Lavernhe (Pierre), Suzanne Clément (Josiane). Ce casting parfaitement distribué amène à ce film un véritable air festif et loin d’être une simple succession de sketches, on assiste plutôt à un véritable film de guerre en cuisine dans lequel tout doit être géré à la perfection et dans lequel le moindre léger dysfonctionnement peut avoir de fortes conséquences.

    Le sens de la fête s’impose ainsi comme un bel hommage non seulement au mariage mais aussi au cinéma dans sa manière de vouloir divertir intelligemment. On ressort de ce film heureux et on attend avec impatience le prochain film de ces deux réalisateurs.

    Vu le 5 juillet 2017 au Pathé Beaugrenelle, Salle 1

  • 4.5