Logo
Accueil > Reviews > Vers la lumière

Vers la lumière

  • Vers la lumière
    Misako passe son temps à décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescripteur de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre Masaya, un photographe au caractère affirmé dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

Critique de Mulder

  • L’opération Cannes à Paris organisée chaque année depuis maintenant trois ans permet de découvrir dans d’excellentes conditions au sein du Gaumont Opéra Capucines une sélection de films ayant connu un certain succès lors du festival du cinéma américain de Cannes. Dans ce cadre, nous avons pu découvrir le film Vers la lumière de Naomi Kawase, un drame passionnel intense entre un photographe reconnu en train de perdre la vue et une audiodescriptreuse de films.

    Après les délices de Tokyo qui nous avait totalement conquis, la scénariste et réalisatrice Naomi Kawase nous livre un film universel aussi beau esthétiquement que sincère. On retiendra notamment l’excellent casting qui compose ce film dans lequel on retrouver les comédiens Masatoshi Nagase (Masaya Nakamori), Ayame Misaki (Misako Ozaki), Tatsuya Fuji (Kitabayashi & Juzo), Kazuko Shirakawa (Yasuko Ozaki), Kanno Misuzu, Mantarô Koichi (Sano), Chihiro Otsuka et Nobumitsu Ônishi. C’est également le musicien Ibrahim Maalouf qui a composé la musique envoutante de ce film.

    Vers la lumière dresse un portrait sensible à travers deux regards différents de notre génération actuelle. Une génération qui a oublié les choses principales comme admirer le ressac de la mer ou la beauté des paysages qui s’ouvrent à nous. En mettant en face un homme qui devient peu à peu aveugle et une femme connectée en permanence et en écoute de son environnement la magie de ce film opère naturellement et nous assistons tout simplement à un grand moment de cinéma comme on aimerait plus en vivre.

    Vu le 27 mai 2017 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 1, en VO

  • 4