Logo
Accueil > Reviews > The Yellow Birds

The Yellow Birds

  • The Yellow Birds
    Deux jeunes soldats font connaissance durant un camp d'entrainement. Ils se promettent de veiller l'un sur l'autre mais la guerre va mettre à mal leur pacte...

Critique de Mulder

  • Le nouveau film du réalisateur Alexandre Moors fait partie des belles découvertes du festival du cinéma américain de Deauville et nous permet d’avoir un regard intéressant sur les conflits armés qui sacrifient la jeunesse américaine pour des futilités le plus souvent. Après plusieurs courts métrages (How People Do (2000), Shutter (2001), The Lady Lovelace Deception System (2002), Runaway (2010) et plusieurs vidéoclips don’t Good Hit pour Jennifer Lopez et quelques clips publicitaires, son premier film Blue Caprice lui permet une certaine reconnaissance mondiale et donc de livrer quelques années plus tard ce second film nettement plus abouti The Yellow Birds. Celui-ci obtient un prix au festival du film de Sundance cette année (meilleur film dramatique) et est présenté dans de nombreux festivals (Edimbourg, Hampton et Deauville).

    Sur la base originale du scénario co-écrit par le scénariste et réalisateur David Lowery et basé sur le roman paru en 2012 par Kevin, The Yellow Birds nous apporte un regard nouveau sur la guerre en Irak à travers l’amitié de deux jeunes soldats américains.Dans les deux rôles principaux on retrouve Tye Sheridan (prochainement dans X-men Dark Phoenix (2018) et Ready player One (2018)) et Alden Ehrenreich (futur Han Solo dans Solo : A star Wars Story (2018)) . On retrouve également dans les rôles secondaires Jennifer Aniston (Maureen Murphy), Jack Huston (Sergeant Sterling), Toni Collette (Amy Bartle) et Jason Patric (Captain Anderson).

    Si the Yellow Birds condamne sévèrement cette guerre en Irak, le film montre également les traumatismes qu’elle fait subir à ces jeunes soldats jetés non assez préparés en plein conflit. Mélangeant avec succès scènes de guerre et vie actuelle, le film nous touche pas sa sincérité et surtout nous permet de redécouvrir le jeune comédien Alden Ehrenreich. On comprend aisément que le livre homonyme écrit par un véritable vétéran de la guerre en Irak ne recule devant rien pour montrer l’atrocité de ce conflit.

    The Yellow birds mérite amplement le détour et on espère qu’un distributeur en France aura la bonne idée de la proposer soit en sortie en salles ou en e-cinéma. En attendant vous pouvez déjà découvrir notre interview de ce réalisateur lors de notre couverture presse du festival du cinéma américain de Deauville.

    Vu le 3 septembre 2017 au Centre International de Deauville, en VO

     

  • 3.5