Logo
Accueil > Reviews > The Foreigner

The Foreigner

  • The Foreigner
    A Londres, un modeste propriétaire de restaurant de Chinatown va tenter de retrouver les terroristes irlandais responsables de la mort de sa fille.

Critique de Mulder

  • C’est avec une véritable impatience que nous attendions de découvrir The foreigner, le nouveau film du réalisateur Martin Camptell (Goldeneye (1995), Le masque de zorro (1998), Casino royale (2005), hors de contrôle (2010)) avec dans les deux rôles principaux deux comédiens que nous apprécions Jackie Chan et Pierce Brosnan. Sur la base du livre de l’écrivain britannique Stephen Leather The Chinaman, le film nous rappelle In the Fade de Katja Sekerci par son intrigue principale celle d’une vengeance d’un homme suite à l’assassinat de son enfant dans un attentat terroriste . Le film nous rappelle également ces nombreux films d’action des années 80 dans lequel un agent à la retraite reprend du service pour lutter contre une dangereuse organisation (Commando..).

    Ainsi dès les premières minutes du film on découvre le personnage de Quan (Jackie Chan) qui est venu chercher sa fille à la sortie de son école, l’emmène dans un magasin de vêtements pour retirer sa robe de promo. Malheureusement cet honnête propriétaire d’un restaurant à Chinatown va assister à la mort devant ses yeux de sa fille dans un attentat terroriste revendiqué par une branche de l’IRA. Voyant que les forces de l’ordre n’arrivent pas à débusquer ce groupement terroriste, Quan n’aura pas d’autre choix que d’extirper les informations nécessaires à sa vengeance au vice-Premier ministre de l'Irlande en poste à Belfast Liam Hennessy (Pierce Brosnan). Une véritable vendetta de la part de Quan s’organise allant jusqu’à poser une bombe artisanale dans les toilettes de l’immeuble dans lequel travaille Liam Henessy. S’engage alors un véritable affrontement aux abords de la ferme de Liam Hennessy. The foreigner misant sur le climat d’insécurité en Europe suite aux différentes attaques terroristes réussit à nous convaincre malgré un rythme un tant soit peu lent et l’absence d’un déchainement de scènes d’actions non-stop. Jackie Chan a vieilli , en faisant de son personnage un ancien agent expert à toutes formes de combat, le film met plus en avant le jeu d’acteur que celui de cascadeur émérite de l’un des comédiens les plus adulés dans le monde.

    Certes les nombreuses scènes entre Pierce Brosnan et Jackie Chan sont réussies et montrent surtout que ce dernier plus reconnu pour être un actionner qu’un véritable comédien trouve ici l’un de ses meilleurs rôles. A 63 ans ce comédien émérite qui nous a donné toute sa noblesse au cinéma hong-kongais avec de nombreux classiques du genre comme les sagas Police Story mais a aussi réussi à tourner dans des films aux Etats-Unis exploitant de manière réussie sa marque de fabrication (cascades, comédie, scènes de combat originale et musclée) comme l’autre saga Rush Hour. Dans le cas de The Foreigner il faudra se contenter de scènes de combats classiques et loin d’être les meilleurs avec ce comédien. Pourtant ce film retient notre attention par sa manière de chercher constamment à être réaliste et à mener cette histoire de manière classique sans avoir à recourir à moult effets inutiles.

    Ce film marque aussi les retrouvailles entre le réalisateur et le comédien Pierce Brosnan vingt-deux ans après Goldeneye et il y a une véritable nostalgie qui s'en dégage. Loin d’être encore un comédien de film d’action, Pierce Brosnan livre également une de ses meilleures interprétations et laisse réellement émerger la violence de son personnage dans quelques scènes très réussies.

    Il serait également difficile de ne pas voir dans ce film une manière plutôt similaire à créer un film d’action à la manière des dernières productions musclées d’Europacorp reposant plus sur un casting que sur la présence d’un scénariste aguerri. On pourra ainsi penser à Taken avec Liam Neeson par cette même volonté de présenter un ancien agent surentrainé devant reprendre du service pour sauver sa fille. On pense également le temps de quelques scènes au premier Rambo (First blood) dans lequel le personnage incarné par Sylvester Stallone se cachait en pleine forêt pour affronter une police locale corrompue. On pensera également à Leon lors de la dernière scène d’action du film avec l’arrivée des forces de l’ordre pour arrêter la cellule terroriste. Reste que Foreigner apporte une corde de plus au talent indéniable de Jackie Chan et rien que pour cela nous vous encourageons à découvrir ce film au cinéma

    Vu le 10 novembre 2017 au Gaumont Disney Village, Salle 03, en VF

  • 3.5