Logo
Accueil > Reviews > Geostorm

Geostorm

  • Geostorm
    Grâce à une coopération sans précédent entre États, un réseau de satellites contrôle désormais le climat et protège les populations. Jusqu'à ce que le dispositif se dérègle… S'agit-il d'un complot ou d'une faille dans le système ? S'engage alors une véritable course contre la montre…

Critique de Mulder

  • Nous n’avons pas eu la chance de découvrir Geostorm dans le cadre d’une projection presse au sein des locaux de warner Bros France ni dans le cadre d’une avant-première. Nous avons donc vu ce film le jour de sa sortie mercredi 01 novembre en soirée.

    Alors que nous aurions pu nous attendre à une honnête série B portée par un scénariste et producteur aguerri et fidèle collaborateur du réalisateur Roland Emmerich (Universal soldier (1992), Independance day (1996), Godzilla (1998)) Geostorm ne s’imposera pas comme le film catastrophe de l’année mais se laisse regarder ne serait-ce que par la présence du comédien Gerard Butler (300 (2007), Ultimate game (2009), Watchmen (2009), La chute de Londres (2016)) et d’un casting judicieusement élaboré dans lequel on retrouve la trop rare Abbie Cornish mais aussi les comédiens Jim Sturgess, Ed Harris et Andy Garcia.

    Après une introduction efficace et portée par l’excellente musique de Lorne Balfe, on découvre donc que le personnage principal Jake Lawson (Gérard Butler) se fait renvoyer de sa propre entreprise spatiale permettant de contrôler de l’espace le climat mondial par son jeune frère. Quelques années plus tard, alors que ce réseau de satellite ce dernier est obligé de rappeler son frère et de lui demander de se rendre dans l’espace afin de comprendre ce qui peut expliquer ces différents dysfonctionnements.

    Géostorm co-écrit par le réalisateur Dean Devin et Paul Guyout reprend la formule qui a fait le succès de Roland Emmerich soit des effets spéciaux spectaculaires, des comédiens aguerris mais aussi malheureusement un scénario tournant vite à faute de matières nécessaires pour retenir l’attention des spectateurs. Certes, le résultat est de nouveau un film faisant des Etats-Unis le sauveur du monde et nous rappelant aussi bien Armageddon que d’autres aventures spatiales. C’est ce manque réel d’innovation et de nouveautés qui dessert amplement ce film se contentant d’appliquer trop simplement une recette déjà connue et appréciée par le grand public. Pourtant le film réussit à créer une véritable ambiance en mettant au centre de son récit l‘importance de protéger la planète y compris au prix de sa vie pour empêcher ce fameux Geostorm, une succession de tempêtes dévastatrices.

    Hormis une fin expédiée, Geostorm accomplit aisément sa tâche qui est de nous divertir et de reposer sur des éléments solides comme un casting et une musique parfaitement maitrisée. Avec un scénario nettement plus abouti, le film aurait pu s’imposer comme un des blockbusters incontournables de cette année..

    Vu le 01 novembre 2017 au Gaumont Disney Village, Salle 3 place A18 , en VF

  • 3