Logo
Accueil > Reviews > L'atelier

L'atelier

  • L'atelier
    La Ciotat, été 2016. Antoine a accepté de suivre un atelier d’écriture où quelques jeunes en insertion doivent écrire un roman noir avec l’aide d’Olivia, une romancière connue. Le travail d’écriture va faire resurgir le passé ouvrier de la ville, son chantier naval fermé depuis 25 ans, toute une nostalgie qui n'intéresse pas Antoine. Davantage connecté à l'anxiété du monde actuel, il va s’opposer rapidement au groupe et à Olivia, que la violence du jeune homme va alarmer autant que séduire.

Critique de Mulder

  • A mes parents

    Difficile de ne pas voir dans le nouveau film de Laurent Cantet un véritable chef d’œuvre, une œuvre coup de poing d’une force et d’une émotion rares. Son septième film avec notamment Entre les murs (2008) qui lui a permis d’obtenir la palme d’or du 61ème festival du cinéma de Cannes en 2008 lui permet de revenir à une thématique qui lui tient à cœur, la jeunesse. Comment peut-on réellement aborder notre société actuelle dans laquelle la jeunesse représente notre challenge le plus important.

    Dès la première scène du film présentant une scène d’un jeu vidéo le constat est assez glaçant, notre jeunesse est passionnée de jeux vidéo mais semble prendre du recul face à la littérature nettement plus enrichissante. De la même manière, celle-ci semble souvent influencer par de mauvaises fréquentations. Le film dénonce certains partis politiques, l’utilisation des armes à feu et souvent le racisme persistant dans certaines grandes villes. En réunissant plusieurs jeunes en insertion autour d’un écrivain reconnu et ce dans le cadre d’un atelier d’écriture.

    On dévore ainsi ce film comme un bon documentaire et on reconnait ici toute la force du scénario co-écrit par le réalisateur et Robin Campillo. On découvre une jeunesse en perte de repères et surtout en proie comme Antoine (Matthieu Lucci véritable révélation du film et surement prochain césar de la révélation masculine 2018). En mettant en face d’une grande comédienne aguerrie à différents genres cinématographiques face à des jeunes comédiens non expérimentés ce film est aussi celui qui met en avant le partage culturel et aussi l’intégration sociale. Derrière ce film justement social on comprend aisément qu’après les actes de terrorisme qui ont ébranlé la France un réalisateur se devait de revenir aux sources de ce mal qui ronge notre société.

    L’atelier s’impose aisément comme l’un des meilleurs films français de cette année, sa sensibilité, son intelligence rare et surtout son portrait d’une jeune abimée impose L’atelier comme le film indispensable à découvrir d’urgence de cette année.

    Vu le 28 mai au Gaumont opéra Capucines, salle 1
    Vu le 9 octobre 2017 au cinéma Le Louxor, salle 1

  • 5