Logo
Accueil > Reviews > Cult of Chucky

Cult of Chucky

  • Cult of Chucky
    Quatre ans après les événements de La Malédiction de Chucky, Nica est enfermée dans un asile psychiatrique après avoir été condamnée à tort pour le meurtre de sa famille. Quand une nouvelle poupée Brave Gars fait son apparition dans un but thérapeutique, une nouvelle série de meurtres se produit aussitôt. Andy Barclay est le seul à pouvoir venir en aide à Nica et vaincre Chucky, une bonne fois pour toutes.

Critique de Mulder

  • Débuté en 1988 la saga horrifique construite autour du personnage de Chucky, une poupée diabolique hantée par par le tueur en série Charles Lee Ray a connu un véritable succès et se compose de sept films plus ou moins inégaux (Jeu d'enfant (1988, Tom Holland), Chucky, la poupée de sang (1990, John Lafia), Chucky 3 (1991, Jack Bender), La Fiancée de Chucky (1998, Ronny Yu), Le Fils de Chucky (2004), La Malédiction de Chucky (2013) et Curse of Chucky (2017)). Les trois derniers films ont été réalisés par le créateur et scénariste de tous les films Don Mancini. Cette continuité dans cette saga explique en partie le succès de celle-ci et surtout sa continuité depuis pratiquement trente ans. Alors que les trois premiers volets mettaient en avant l’affrontement entre Andy Barclay, un enfant solitaire et Chucky, les volets suivants (1998 et 2004) plaçaient directement Chucky en personnage principal et nous narraient aussi bien sa rencontre avec Tiffany une autre poupée diabolique mais aussi de son fils. Dans l ’avant dernier volet le personnage de Nica une jeune femme handicapée devra affronter Chucky avant d’être envoyée dans un hôpital psychiatrique car soupçonnée d’avoir tué des membres de sa famille (ce que Chucky avait réellement fait). La fin du précédent volet voyait le retour d’Andy Barclay et son dernier affrontement avec Chucky.

    Ce nouveau chapitre se relève être l’un des meilleurs de cette saga car il permet d’apporter une toute nouvelle approche du personnage de Chucky et surtout de revoir Andy Barclay qui toujours marqué par ses affrontements avec Chuck se révèle être devenu un véritable solitaire armé et expert en plusieurs armes. Celui-ci garde dans son coffre-fort la tête abimée de Chucky pour exercer une véritable vengeance envers cette poupée diabolique. En parallèle, le film nous permet de retrouver le personnage de Nica incarcérée dans un asile psychiatrique et toujours marquée par sa lutte contre Chucky. Alors que des meurtres horribles sont perpétrés dans cet établissement psychiatrique, Nica comprend bien que Chucky est de retour et que cette fois rien ne l’arrêtera. Le scénario astucieux multiplie les fausses pistes et surtout permet de mettre en scènes des moments d’anthologie marqués par des meurtres aussi originaux que violents. Une nouvelle fois un grand soin a été porté pour donner un véritable réalisme à Chucky et recourir le moins possible à des images de synthèse comme c’est de plus en plus le cas dans les productions horrifiques.

    Une nouvelle fois, Chucky fait preuve de son humour débridé et le réalisateur et scénariste Don Mancini semble avoir pris un véritable plaisir à livrer le film qu’il voulait sans avoir à subir les diktats de la censure. Le retour de Don Mancini à la réalisation et au scénario avait réellement pu redonner la juste tonalité pour donner à Chucky suffisamment de matière pour livrer des productions horrifiques réussies.Cette fois-ci, il s’agit avec le premier volet d’un retour aux racines du personnage et surtout d’un des meilleurs volets de la saga (on vous conseillera d rester jusqu’à la fin du générique pour découvrir une scène de plus)..

    Ce film permet également de retrouver le compositeur Joseph LoDuca lequel avait déjà composé la musique du précédent opus. Sa création musicale renforce aisément le climat du film et se révèle parfait pour mettre en avant les nombreuses scènes violentes . On ne redira jamais l’importance d’avoir une musique de qualité pour illustrer un film y compris si il s’agit d’une production à faible budget.

    Cult of Chucky permet également de retrouver dans sa version originale la voix de Brad Dourif mais aussi dans les principaux rôles Fiona Dourif et Jennifer Tilly. Les comédiens semblent avoir pris un véritable plaisir à retrouver leur personnage. Ce film sera disponible à la vente dès le 3 octobre aux USA et le 24 octobre en France et s’annonce comme étant un excellent choix pour s’organiser une bonne soirée d’Halloween...

    Vu le 30 septembre 2017 en Blu-ray en VO

  • 4