Logo
Accueil > Reviews > 47 meters down

47 meters down

  • 47 meters down
    Après la rupture de Lisa, sa soeur Kate l'embarque en vacances au Mexique pour lui changer les idées. Avides d'aventures, elles se mettent au défi de plonger parmi les requins blancs, protégées par une cage. Une fois dans l'eau, le spectacle est incroyable...Mais subitement, le câble qui retient la cage au bateau cède, et les deux soeurs se retrouvent plongées au fond de l'océan, à 47 mètres de profondeur. Il ne reste qu'une heure d'oxygène et les grands blancs rôdent..

Critique de Mulder

  • Co-écrit et réalisé par Johannes Roberts, 47 meters down nous propose de nouveau sur un schéma déjà exploité l’affrontement entre l’homme et la nature dans un milieu aquatique. Une fois encore, l’ennemi est ici représenté par des requins blancs et s’inscrit ainsi dans la vague des réussites parmi lesquelles on pourra notamment citer Les dents de la mer (1975), Peur bleue (1999), Instinct de survie (2016).Ce réalisateur habitué aux thrillers horrifiques (Roadkill (2011), Forest of the damned (2005), The Other Side of the Door (2016)) trouve ici moyen de créer une véritable ambiance aussi envoutante qu’inquiétante en mettant en danger deux jeunes femmes coincées dans une cage à 47 mètres de profondeur en pleine mer et avec une heure d’oxygène.

    Avec une réelle économie de moyens, 47 meters down montre qu’il est possible de réaliser un thriller réussi et envoutant reposant non seulement sur une prouesse technique (réaliser un film pratiquement sous l’eau) mais surtout tenir en haleine les spectateurs en créant deux personnages attachants. Hormis la courte apparition de Matthew Modine c’est surtout la comédienne Mandy Moore qui réussit à camper un personnage dans la pure tradition des grandes héroïnes fortes qui ont marqué nos mémoires. On pensera notamment au personnage de Sarah dans The Descent de Neil Marshall.

    Après un départ plutôt lent nous présentant les deux personnages principaux Lisa et sa sœur Kate en vacances au Mexique et leur rencontre avec deux personnages leur proposant de tenter l’expérience de rencontrer des requins en restant dans une cage sous-marine en pleine mer. Cette partie permet de créer un véritable lien entre ses personnages et le public et se révélera indispensable pour permettre au film de trouver son rythme durant cette heure se déroulant essentiellement sous la mer dans un milieu hostile et dangereux.

    Certes 47 meters down ne révolutionnera pas le genre auquel il se rattache mais trouvera aisément son public surtout si celui-ci est comme nous passionné de plongée sous-marine et apprécie les thrillers aquatiques bien rythmés et permettant de mettre en valeur la présence indéniable de son héroïne principale.

    Vu le 2 septembre 2017 au Centre International de Deauville, en VO

     

  • 3.5