Logo

Sleepless

  • Sleepless
    Une grosse livraison de cocaïne destinée à la mafia est détournée. Vincent Downs et Sean Tip, deux flics de Las Vegas, sont rapidement suspectés. La police des polices les met sous pression. La mafia aussi. En kidnappant le fils de Downs, la mafia franchit la ligne blanche : blessé et traqué, Downs va devenir un adversaire brutal et impitoyable. Il est prêt à tout pour sauver son fils et il n’a qu’une nuit devant lui.

Critique de Mulder

  • Alors que le film Sleepless est sorti en salles aux Etats-Unis en janvier dernier et en vidéo en avril sans réellement réussir à conquérir le public et encore moins la presse, celui-ci connait enfin une sortie en salles en France dûe en parti à la notoriété de son comédien principal Jamie Foxx. La programmation estivale en août est en demie-teinte au cours de laquelle les blockbusters attendus (Cars 3 , La planète des singes – suprématie, Annabelle creation, Atomic Blonde, Hitman & Bodyguard) sont accompagnés de films américains passés inaperçus lors de leurs sortie outre-atlantique. t Sleepless échoue totalement à nous proposer un film d’action de série B efficace non seulement à cause d’un montage qui ne convainc à aucun moment, à une musique qui ne colle pas à l’action et surtout à cause d’un scénario trop linéaire et manquant cruellement d’âme.

    Le scénario signé par Andrea Berloff à qui l’on doit pourtant les réussis Blood Father (2016), N.W.A - Straight Outta Compton (2015) n’arrive pas à garder la même efficacité que celui de Frédéric Jardin, Nicolas Saada et Olivier Douyère pour Nuit Blanche (2011) dont Sleepless est le remake américain. L’histoire reste à peu près identique et nous présente un flic de Las Vegas aux pratiques douteuses et qui doit suite au détournement d’une grosse livraison de cocaine par son collègue et lui affronter la mafia de Las Vegas qui a enlevé son fils pour faire pression. Comme dans Nuit blanche, une grande partie de l’action se situera en huis clos (ici dans un casino fictif le Luxus). Alors que l’on aurait pu s’attendre à un huis clos violent prétexte à de nombreuses scènes d’action, le film semble vouloir tirer au maximum les scènes pour attendre une durée de quatre-vingt-dix minutes.

    De la même manière les personnages sont à peine esquissés et n’arrivent pas réellement à prendre vie. En mettant l’accent sur l’action plutôt que sur la création d’un univers malsain dans lequel les forces de l’ordre sont corrompues et les deux seuls bons flics ne pouvant compter sur personne se retrouvent dans des situations dangereuses, le film échoue. Le réalisateur suisse allemand Baran bo Odar pour son premier film américain échoue également totalement à donner une véritable identité et ne bénéfice pas malheureusement d’un scénario consistant aux multiples rebondissements pour retenir les spectateurs en haleine. On regrette presque que le film Nuit Blanche n’ait pu trouver un réalisateur maitrisant parfaitement le cinéma d’action pour en faire un thriller suffoquant, violent et proposant de nombreux gunfight. De la même manière la ville de Las Vegas n’est pas suffisamment mise en valeur (notamment le strip) et les quelques plans aériens ne sont guère inspirés pour donner à ce film un tant soit peu de consistance.

    Certes les deux comédiens principaux Jamie Foxx (Vincent Downs), Michelle Monaghan (Jennifer Bryant) réussissent à sauver ce film par leur présence mais ne bénéficient pas suffisamment de bons dialogues pour leur laisser la moindre chance d’emporter notre adhésion. Alors que Sleepless aurait été nettement plus destiné à une sortie directe VOD et non pas à une sortie en salles, on regrette également qu’il n’ait pas su trouver sa propre approche et surtout nous proposer un divertissement familial efficace et immersif. On retrouve avec grand plaisir la comédienne Michelle Monaghan (Kiss Kiss Bang bang (2005), Mission impossible III (2006), L’œil du mal (2008), Pixels (2015)) .Elle apporte une touche féminine au récit qui lui permet d’éviter le naufrage complet.

    De nombreux films d’action réussissent chaque année à nous conquérir par leur volonté de proposer des divertissements enlevés, des scènes spectaculaires et surtout à nous montrer que le cinéma reste un vecteur d’évasion important, Sleepless lui échoue totalement et n’arrive pas à nous faire oublier Nuit Blanche que l’on vous conseillera plutôt de revoir en vidéo.

    Vu le 07 août 2017 au Gaumont Disney Village, Salle 5, en VF

  • 2