Logo
Accueil > Critiques de films > Visages Villages

Visages Villages

  • Visages Villages
    Agnès Varda et JR ont des points communs : passion et questionnement sur les images en général et plus précisément sur les lieux et les dispositifs pour les montrer, les partager, les exposer. Agnès a choisi le cinéma. JR a choisi de créer des galeries de photographies en plein air. Quand Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble, tourner un film en France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR.  Hasard des rencontres ou projets préparés, ils sont allés vers les autres, les ont écoutés, photographiés et parfois affichés. Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant des différences.

Critique de Faith

  • Première œuvre commune issue de leur coup de cœur artistique et personnel, le duo JR et Agnès Varda déboule sur le grand écran avec « Visages Villages », un road movie à travers la France et les visages des Français, en salles le 28 juin prochain. Présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2017, le film suit le périple des deux artistes dans la campagne française, ayant pour but de reconnecter les gens, retrouver le sens du « vrai » et célébrer la vie.

    Tout débute en 2015, lorsque Rosalie, la fille d’Agnès Varda, a l’idée d’une rencontre entre sa mère et le photographe JR. Ce dernier fait le premier pas et rend visite à la réalisatrice, rue Daguerre, où elle habite depuis des années. Enchantée par ce premier contact, Agnès Varda vient le voir à son atelier dès le lendemain. Ils échangent quelques photos, et des paroles : la glace est brisée, le coup de foudre artistique vient de débuter. Ensemble, ils décident de réaliser un court-métrage documentaire (devenu film), dans lequel ils conçoivent des installations pour rendre hommage à ceux qui les touchent, et pour faire surgir de l'insolite dans des lieux familiers ou, au contraire, abandonnés.

    Chacun avec son œuvre, sa signature et ses obsessions. Cinéaste documentariste de "Cléo de 5 à 7" (1962), de "Sans toit ni loi" (1985) ou de "Les glaneurs et le glaneuse" (2000), Agnès Varda a toujours filmé des visages, célèbres ou anonymes, au fil de sa carrière. Photographe superstar, JR est connu pour avoir habillé les murs aveugles de nos villes avec des immenses portraits noir et blanc de ceux qui les habitent.

    Pour ce projet, Agnès Varda a souhaité faire sortir l’artiste urbain de sa zone de confort : direction la campagne française, encore vierge de tout travail de l’artiste. Radio(photo)graphie de la France, « Visages Villages » propose une réflexion entre gravité et malice sur la vie qui passe, la vieillesse et la mort qui approche. Fil rouge du film, les yeux sont au cœur de cet échange entre JR et Agnès Varda, pour lui, il représente la vie et la vérité, pour elle, le temps qui passe et sa vue qui baisse. Comme un adieu à ce sens qui l’a fait connaître, « Visages Villages » permet à Agnès Varda de réaliser le dernier tour d’un territoire, de paysages et de gens aimables ou aimés qu’elle n’est plus sûre de pouvoir contempler très longtemps.

    Dans ce road movie à travers la France et les visages des français, les réalis’acteurs (JR et Agnès Varda) s’effacent et laissent la parole à des anonymes, croisés au fil du périple, touchant par leur condition, leur engagement, leur pudeur. Devenus héros de leur quotidien, le temps d’un collage, ces derniers irradient d’humanité et de vérité. Parmi eux : Janine, dernière habitante de sa rue ; Daniel & Yves, anciens mineurs ; Vincent l’impressionnant carillonneur ; Nathalie, la belle et timide serveuse ; Emile et Emilie les amoureux qui traversent le temps ; Amaury, Claude et Didier de l’usine Arkéma ; Jacky le facteur qui fait le lien social ; Pony-Soleil-air-sauvage-nature, l’artiste poète ; Patricia, l’éleveuse respectueuse des chèvres ; Clemens l’agriculteur aux mille tâches, les dockers et leurs femmes invisibles devenues géantes… Fil rouge de Visages Villages, l’esprit de solidarité, voire de gratuité, prend une autre dimension au fil du film : tout étant échanges entre les deux réalisateurs et leurs sujets

    Touchante déclaration d’amour à la France, à l’être humain et à la vie sur fonds de paysages ruraux, « Visages villages » est une bouffée d'air pur. Dans une époque – malheureusement – tentée par un repli sur soi et un rejet des autres, le film rappelle que le lien et l’échange sont indispensables et indissociables d’un bien-être et que se connecter avec son prochain est finalement si simple : le regarder, lui sourire, lui parler. JR et Agnès Varda comme sublimateurs d’un quotidien au charme désuet, « Visages Villages » met l’humain au centre de tout, à l’heure où les liens sociaux sont interrogés par l’omni présence des réseaux sociaux facilitant mais pouvant également fausser les échanges.

    Une grande leçon d'humanité à voir sans tarder !

    Vu le 14 juin 2017 au Forum des Images salle 500 en VO

  • 4.5