Logo

Stratton

  • Stratton
    Stratton, agent du MI6, s’infiltre avec son coéquipier Marty dans un laboratoire iranien pour intercepter le vol de molécules chimiques mortelles. Mais à leur arrivée, celles-ci ont déjà disparu et la mission tourne mal… De retour à Londres, Stratton et son équipe se lancent dans une course contre la montre pour stopper la cellule terroriste qui projette d’utiliser l’arme biochimique sur une capitale.  

Critique de Mulder

  • Simon West a su s’imposer en réalisant des films d’action efficaces comme Les Ailes des l’enfer (1997), Le Déshonneur d'Elisabeth Campbell (1999), Lara Croft : Tomb Raider (2001), Le Flingueur (2011) et Expendables 2 : unité spéciale (2012). Ses deux derniers films n’avaient pas rencontré le succès mérité, 12 heures (2012, lui permettant de retrouver le comédien Nicolas Cage après Les ailes de l’enfer) et Joker (2015, également des retrouvailles avec Jason Statham).

    Le nouveau film Stratton pourtant déçoit de nouveau par son rythme trop lent et surtout par le manque de charisme de ses comédiens principaux ne trouvant pas ici matière suffisante pour insuffler un minimum de vie à leur personnage. Il y avait pourtant suffisamment de matière pour livrer un thriller efficace matiné de scènes d’action attractives. C’est en effet dans l’œuvre de Duncan Falconer que ce film trouve ses origines. On retrouve ainsi la lutte d’un des meilleurs agents du MI6 contre de dangereux terroristes ayant pour projet d’utiliser une arme biochimique sur Londres.

    Le problème principal du film vient en partie d’un scénario trop simpliste et prévisible que le réalisateur n’arrive pas à optimiser et à donner suffisamment d’attractivité pour en faire un film solide. Reste cependant un casting intéressant dans lequel on retrouve Dominic Coope (John Stratton), Tom Felton (Cummings), Austin Stowell (Hank), Gemma Chan (Aggy), Tyler Hoechlin (Marty), Connie Nielsen (Sumner), Thomas Kretschmann (Grigory Barovsky) et Derek Jacobi (Ross). Pourtant le réalisateur peine à donner à ses comédiens suffisamment de matière pour permettre à ces personnages d’exister.

    Stratton montre une nouvelle fois qu’une sortie en VOD est pour souvent le cas un signe d’une œuvre manquant cruellement d’âme et qui par ce biais peut tenter d’avoir une seconde vie. Rares sont donc les bonnes surprises à découvrir dans ce format. Malgré des comédiens que nous apprécions, ce film n’a pas retenu notre attention.

    Vu le 29 avril 2017 en blu-ray

     

  • 2.5