Logo
Accueil > Reviews > Outsider

Outsider

  • Outsider
    L'histoire vraie de Chuck Wepner, négociant en alcools du New Jersey, qui a tenu 15 rounds contre le plus grand boxeur de tous les temps, Mohammed Ali, lors du championnat du monde poids lourds en 1975, avant de finalement s'incliner par K.O. technique. Durant les dix années où il a été boxeur, celui que l'on surnommait "Bayonne Bleeder" a eu 8 fois le nez cassé, a connu 14 défaites, deux K.O., un total de 313 points de suture... et a inspiré le personnage de Rocky Balboa dans la franchise au succès planètaire Rocky.

Critique de Mulder

  • A mon grand-père

    “In the warrious code
    There's no surrender
    Though his body says stop
    His spirit cries - never!
    Deep in our soul
    A quiet ember
    Know it's you against you”
    Survivor – Burning heart

    Beaucoup d’entre nous ont grandi avec la saga Rocky dont le premier film s’est hissé pour toujours comme l’un des meilleurs films de boxe et rendu célèbre Sylvester Stallone comme comédien mais aussi scénariste talentueux. En suivant ce premier film qui fut suivi par cinq suites (Rocky 2 : La Revanche, Rocky 3, Rocky 4, Rocky 5, Rocky Balboa) et un spin-off Creed : L'Héritage de Rocky Balboa, les spectateurs se sont pris d’affection pour ce personnage de boxeur de seconde zone à qui on a proposé d’affronter le champion du monde des poids lourds Apollo Creed. Pour écrire le scénario de ce premier film, Sylvester Stallone s’inspira largement du combat mythique entre Mohamed Ali (l’un des plus grands boxeurs de tous les temps) et Chuck Wepner, un boxeur de seconde zone capable de résister physiquement à des coups violents et multiples. Ce premier volet avec un budget d’un million de dollars en rapporta 225 au niveau mondial et reste à ce jour l’un des films les plus appréciés pour sa fraicheur, son interprétation d’un jeune comédien qui allait remporter le cœur du public mais aussi celui de la critique. Ce premier film remporta notamment 3 Oscars (meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur montage). Outsider nous raconte l’histoire de ce boxeur Chuck Wepner qui à force de courage aurait pu graver son nom parmi les plus grands boxeurs si il n’avait pas fait une succession de mauvais choix entrainant non seulement la perte de sa famille mais aussi son déclin suite à des excès divers.

    Quarante-deux ans après ce combat mythique entre Chuck Wepner et Mohamed Ali, le film de Philippe Falardeau a rendu judicieusement hommage à cet homme de l’ombre dont la vie inspira le boxeur le plus connu au cinéma. Loin d’être une simple hagiographie, Outsider nous livre un portrait intéressant d’un homme qui avait tout pour réussir et s’imposer mais dont les problèmes familiaux et un manque de repère l’ont amené à sa perte puis à une seconde renaissance loin des rings de boxe. Sur la base d’un scénario écrit par Jeff Feuerzeig, Jerry Stahl et Michael Cristofer, le réalisateur trouve la parfaite approche pour nous livrer une reconstitution historique fidèle des années 70 dans laquelle les Etats-Unis connaissaient un réel souffle nouveau de liberté. On suit donc le parcours de ce boxeur et homme de main qui ne voyait dans la boxe qu’un moyen de se faire connaitre et apprécier. C’est en lui que Sylvester Stallone allait trouver l’inspiration nécessaire pour créer Rocky. Ce n’est donc pas un hasard si un comédien endosse le rôle de Sylvester Stallone le temps de quelques scènes et que nous voyons aussi Chuck découvrir le film Rocky au cinéma en se reconnaissant totalement dans ce personnage.

    Loin de placer uniquement l’action sur ce combat légendaire les scénaristes ont préféré revisiter de manière intéressante les moments forts de la vie de Chuck Wepner de ses débuts en passant jusqu’à une reconnaissance mondiale puis son déclin rapide. La carrière de boxeur montre que celui-ci avait tout d’un grand : 30 victoires, 9 défaites, 2 nuls avant d’affronter Mohamed Ali mais aussi 328 points de suture et plusieurs fois le nez cassé (plus de dix fois). Les nombreux coups que celui-ci a encaissés reste à jamais associé à ceux de Rocky Balboa. Derrière la légende, se cache un homme qui mérite réellement de sortir de l’ombre et de servir d’exemple pour son courage, pour avoir réussi à vaincre ses démons intérieurs et après sa descente en enfer à retrouver une vie normale loin des projecteurs. Le film documentaire en 2011 The Real Rocky avec notamment Sylvester Stallone semble être ainsi une des sources d’inspiration de ce film réussi.

    La difficulté d’un tel film tient également à trouver un casting parfaitement en adéquation et le choix judicieux de proposer le rôle de ce Chuck Wepner à Liev Schreiber est également une des réussites du film. Ce comédien qui avait déjà interprété un boxeur dans la série Ray Donovan est aussi convainquant dans les moments graves du film que sur le ring et fait de ce film non pas un énième film sur la boxe mais plutôt sur un boxeur qui s’est construit lui-même sa carrière. Le film est également agrémenté de plusieurs scènes du film Requiem pour un champion (1962) avec Anthony Quinn. De la même manière Outsider a pu bénéficier du support de Sylvester Stallone ce qui renforce encore plus la crédibilité du film. On retrouve également au casting Naomi Watts dans le rôle de la seconde femme de Chuck Wepner mais aussi les comédiens Ron Perlman (Ali Braverman), Elizabeth Moss (Phyliss) et Michael Rapapor.

    Outsider s’impose aisément comme l’une des bonnes surprises de l’année et se trouve être passionnant et simplement incontournable pour tous les passionnés de boxe (comme le fut mon grand-père) et ceux du personnage de Rocky Balboa dont nous faisons assurément parti.

    Vu le 6 avril 2017 à la Salle Metropolitan, en VO

  • 4