Logo
Accueil > Critiques de films > Chacun sa vie

Chacun sa vie

  • Chacun sa vie
    Ils ne se connaissent pas, mais tous ont rendez-vous pour décider du sort d’un de leurs semblables. Avant d’être juges, avocats ou jurés, ils sont d’abord des femmes et des hommes au tournant de leurs existences, avec leurs rêves et leurs secrets, leurs espoirs et leurs limites, tous sous un même soleil, chacun avec sa part d’ombre.  Dans une jolie ville de province, le temps d’un festival de jazz, la vie va jongler avec les destins…

Critique de Mulder

  • Chacun sa vie marque le grand retour de l’un des plus importants réalisateurs français qui au bout de quarante-six films (sans compter les co-réalisations) et plus de soixante ans d’une carrière jalonnée de nombreux succès. Deux ans après Un plus une, Claude Lelouch nous propose de nouveau un film collégial au casting impressionnant avec Eric Dupond-Moretti (Le président), Julie Ferrier (Nathalie Richer / Judith), Johnny Hallyday (Johnny), Jean Dujardin (Le commissaire), Marianne Denicourt (Marianne de Vidas), Christophe Lambert (Antoine de Vidas), Gérard Darmon (Paul Richer), Béatrice Dalle (Clémentine), Nadia Farès (Nadia), Antoine Duléry (Le flic / Monsieur le maire), Thomas Levet (Tony Rivera), Rufus (Le chauffeur de taxi), Chantal Ladesou (La contrôleuse fiscale), Stéphane De Groodt (Stéphane), Samuel Benchetrit (Samuel), Jean-Marie Bigard (Le médecin optimiste), Déborah François (Jessica), Liane Foly (Eugénie Flora), Isabelle De Hertogh (Madame le juge), Laurent Couson (Un musicien), Francis Huster (L’avocat général), Mathilde Seigner (Mathilde), Pauline Lefevre (Pauline), Ramzy Bedia (Tahar ), Dimitri Naïditch (Dimitri), Michel Leeb (François Pinata), Philippe Lellouche (Philippe), Vanessa Demouy (Lola, la copine de Philipe), David Marouani (Le gendarme), Raphaël Mezrahi (Robert, l’autre gendarme), Valérie Steffen (La prostituée remplaçante n°1), Lola Marois Bigard (La prostituée remplaçante n°2), Elsa Zylberstein (La comtesse), Vincent Perez (Le comte), Solenne Rodier (Lucie), Zinedine Soualem (Zinedine), William Leymergie (L’avocat parisien ), Kendji Girac (Kendji), Estas Tonne (Estas)

    En déplaçant l’action de son nouveau film à Beaune en plein festival de jazz et en nous proposant une étude sociale de notre société actuelle Chacun sa vie nous rappelle à quel point le cinéma de Claude Lelouch est un genre à part qui préfère prendre un véritable plaisir à donner à des comédiens des rôles brefs que plutôt mettre en place un véritable rythme. On assiste donc à un ballet permanent de personnages qui se croisent et se recroisent et qui dissertent aussi bien sur les sosies de Johnny Hallyday que de la vie, l’amour et autres tracas quotidiens. Comment ne pas voir aussi dans ce film une manière à Claude Lelouch de retrouver des comédiens avec lesquels il a déjà collaboré à de nombreuses reprises et faire de ce film un moyen de transmission d’un passionné de cinéma envers des étudiants des Ateliers du cinéma qu’il a créés pour partager son métier. Comment ne pas voir aussi dans ce film un digne descendant des grands films des années 70 ou 80 dans lesquels l’être humain restait au centre du récit et non orbitait autour d’effets spéciaux impressionnants et de scénario manquant cruellement d’audace et d’ingéniosité. Le temps ainsi semble ne plus avoir d’emprise sur le cinéma de Claude Lelouch qui peut ainsi créer ses films librement avec plus ou moins de succès, plus ou moins d’une qualité indéniable. Découvrir ainsi un tel film revient au même plaisir que voir un film de Woody Allen, on ne sait ainsi jamais à l’avance si ce long métrage sera un excellent cru ou non.

    Chacun sa vie permet aussi de donner à Johnny Hallyday un rôle sur mesure dans lequel il s’auto caricature avec un talent indéniable et un plaisir de jouer que l’on sent à chacune de ses apparitions. Derrière le chanteur adulé depuis des décennies se cache un véritable acteur qui donne à ce film tout son charme et une envie permanente de fredonner certaines de ses chansons éternelles et pleine de vie tout comme Chacun sa vie. Certes cette succession de scénettes n’est pas toujours parfaite, le très bon alternant avec le assez décevant mais le tout forme une histoire cohérente et permet surtout de revoir des comédiens que nous apprécions comme Jean Dujardin, Christophe Lambert, Marianne Denicourt et Déborah François.

    On ressort de ce film donc content d’avoir retrouvé une recette lelouchienne que nous connaissons certes mais toujours aussi passionnante et permettant de porter un regard véritable d’auteur sur notre société, un regard sur la justice, l’amour mais aussi sur la destinée. On aurait juste aimé que Claude Lelouch puisse se renouveler et surtout proposer un scénario nettement plus élaboré mais cela, ce sera sûrement pour un prochain film avec Kev Adams.

    Vu le 18 mars 2017 au Gaumont Disney Village, Salle 7 place A18

  • 3.5