Logo
Accueil > Critiques de films > A ceux qui nous ont offenses

A ceux qui nous ont offenses

  • A ceux qui nous ont offenses
    Les Cutler vivent comme des hors-la-loi depuis toujours dans une des plus riches campagnes anglaises, braconnant, cambriolant les résidences secondaires et narguant la police. Luttant pour faire perdurer leur mode de vie, Chad est tiraillé entre les principes archaïques de son père et la volonté de faire le nécessaire pour ses enfants. Mais la police, les traquant sans relâche, l’obligera peut-être à choisir entre sa culture et le bonheur des siens…

Critique de Mulder

  • A ceux qui nous ont offensés d'Adam Smith mérite d'être découvert pour la présence de deux comédiens principaux Michael Fassbender et Brendan Gleeson malgré un scénario trop convenu et manquant cruellement d’audace. La relation chaotique entre un père et son fils est ainsi au centre de ce récit nous narrant l’existence d’une famille de gens du voyage vivant selon leurs propres règles en faisant des cambriolages et en dehors des moyens légaux. Pourtant lorsque Chad Cutler (Michael Fassbender) décide de s’installer réellement avec sa femme et ses deux enfants, il va se retrouver face à son père Colby Cutler (Brendan Gleeson) qui exerce une véritable pression sur les personnes vivant autour de lui. Ainsi, autant Les personnages principaux sont passionnants par leur dualité et par cette mauvaise image qui plane sur eux en permanence autant le scénario est trop linéaire et surtout la réalisation est trop sage.

    Après avoir réalisé des épisodes de séries (Skins, Doctor Who) et un concert filmé The Chemical Brothers : Don’t think (2012), Le réalisateur Adam Smith réalise son premier film mais n’arrive pas réellement à créer un véritable climat. En cherchant le réalisme à tout prix, A ceux qui nous ont offensés déçoit par son rythme trop lent et par un scénario trop linéaire se contentant de suivre uniquement les personnages à travers leurs méfaits multiples et leurs relations chaotiques. Seuls Michael Fassbender et Brendan Gleeson sauvent ce film voué totalement à l’échec artistique et à amener l’ennui des spectateurs attirés par la présence d’un grand comédien qui semble actuellement trouver difficilement des films propres à relancer sa carrière (Une vie ente deux océans et Assassin’s Creed n’ont ni rencontré leur public ni un succès critique).

    Pourtant A ceux qui nous ont offensés aurait pu être un bon film si il avait reposé sur un scénario nettement plus généreux et surtout sur un réalisateur capable de créer un véritable drame humain comme savent le faire des réalisateurs comme Ken Loach, Stephen Frears et d’autres réalisateurs britanniques.

    Vu le 23 février 2017 au Club de l’Etoile , en VO

  • 2.5