Logo

Deepwater

  • Deepwater
    D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire. La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, il sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser... Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

Critique de Mulder

  • Alors que Traque à Boston, le nouveau film de Peter Berg s’apprête à sortir sur nos écran le mois prochain, Deepwater son précédent film témoigne une fois de plus de son talent indéniable de conteur et surtout son aisance pour mette en scène des films d’actions spectaculaires. Après deux comédies Very bad things (1998) et Bienvenue dans la jungle (2003), un fil), sur le football américain (Friday Night lighs (2004)), ses nombreux films d’action qui suivirent Le Royaume (2007), Hancock (2008), Battleship (2012), Du Sang et des larmes (2013) témoignent de la volonté du réalisateur d’appréhender le cinéma à grand spectacle de manière réaliste et surtout avec un casting solide. Deepwater marque la seconde collaboration entre le comédien Mark Whalberg et ce réalisateur.

    Comme dans son précédent film Du sang et des larmes, le réalisateur adapte une histoire vraie. Il s’agit en effet de la reconstitution de l’accident le plus important intervenu sur une plate-forme pétrolière (Deepwater Horizon) le 20 avril 2010. On découvre ainsi au début du film le personnage de Mike Williams (Mark Wahlberg) dans sa vie privée avec sa femme et leur enfant puis dans son poste d’électricien sur une plateforme pétrolière. L’amitié ente ce personnage et son patron (Kurt Russel) est importante car les deux s’estiment mutuellement et reconnaissent mutuellement leur professionnalisme. Pourtant, lorsque la société à laquelle appartient cette plateforme décide malgré des risques importants d’accroitre la productivité sans se soucier des risques encourus. Cette négligence va entrainer un effet de chaines et mettre en danger dans toute la base alors que cinq millions de barils vont exploser..

    Le scénario de Matthew Sand et Matthew Michael Carnahan prend ses origines dans un article du New York Times du 25 décembre 2010 écrit par David Barstow, David S. Rohde et Stephanie Saul. On comprend ainsi aisément la volonté des scénaristes de livrer un récit réaliste. Il en ressort que le film retrouve le souffle des grands films catastrophes qui a marqué nos mémoires et qui a disparu du paysage hollywoodien. Le scénario également prend son temps pour placer l’action (environs quarante-cinq minutes) afin de donner une véritable épaisseur aux personnages. La seconde partie une fois l’accident commencé correspond plus ou moins à l’un des meilleurs films de catastrophe vu depuis longtemps au cinéma. On reconnait là tout le talent indéniable de Peter Berg capable de réaliser des scènes d’action spectaculaires et surtout à placer toujours les personnages comme éléments centraux.

    Vu le 11 février 2017 en blu-ray et VO

  • 3.5