Logo
Accueil > Reviews > Good bye Lenin !

Good bye Lenin !

  • Good bye Lenin !
    Berlin-Est en octobre 1989: alors que la R.D.A. fête ses 40 ans, le bouleversement qui mènera à la réunification quelques mois plus tard commence. Christiane Kerner, mère de deux enfants qui a épousé la cause socialiste après la fuite de son mari à l'ouest dix ans auparavant, tombe dans le coma lorsqu'elle aperçoit son fils Alexander parmi les manifestants contre l'ancien régime. A son réveil, presque un an plus tard, toute surprise doit être évitée pour la ménager dans son état de santé fragile. Ainsi, Alexander tente frénétiquement de créer un semblant de R.D.A. à la maison, tandis que dehors l'arrivée du capitalisme fait rage.

Critique de tootpadu

  • Rares sont les films allemands qui réussissent à être distribués au cinéma en France. Cinématographie d'une mauvaise réputation, les quelques oeuvres du 7ème art germanique qui nous parviennent tout de même, démontrent plutôt une culture du cinéma de qualité avec des thématiques fortes et ancrées dans la vie réelle. Nous avons pu découvrir ainsi ces dernières années des réussites comme "Les trois vies de Rita Vogt" ou, plus récemment, "L'expérience". Sans atteindre le niveau de ces deux films, "Good bye Lenin !" permet de passer un moment agréable à partir d'une idée fascinante.
    Que le film en entier ne soit pas à la hauteur de l'ingéniosité de son sujet est avant tout dû à une réalisation qui ne creuse pas les personnages à fond (toutes les histoires annexes au subterfuge sont d'un ennui profond) et qui se laisse aller de temps à autre à des tics inutiles (la multiplication des accélérés ne rend pas le récit plus fluide pour autant). Centré uniquement sur le monde artificiel créé par le fils pour sa mère, le film aurait gagné en rapidité et, surtout, en situations comiques - seraient-elles d'un humour de boulevard -, alors que, dans l'état, quelques idées fort sympathiques se perdent un peu dans la gentillesse ambiante !

    Vu le 29 septembre 2003, au MK2 Bibliothèque, Salle 4, en VO

  • 2.5